À l'âge de 30 ans, Thierry Boudrias avait plaidé coupable à des accusations de voies de fait sur un bambin. Il fait maintenant face à la justice pour des gestes à caractère sexuel sur une enfant de 13 ans. 

Gestes à caractère sexuel sur un enfant: Thierry Boudrias fait face à la justice

Thierry Boudrias, un résidant d'Ange-Gardien, a comparu aujourd'hui au palais de justice de Saint-Hyacinthe pour faire face à des accusations à caractère sexuel sur une mineure. L'homme de 37 ans, qui a notamment des antécédents en matière de voies de fait sur un bébé et de bris de condition, a été appréhendé à Granby à la suite d'une enquête menée par la Sûreté du Québec (SQ).
Des informations du public ont permis aux agents du service des enquêtes régionales de la SQ, en collaboration avec leurs collègues de la MRC de Rouville, de commencer à investiguer il y a quelques jours. «L'homme recrutait de jeunes adolescentes et les invitait à se présenter à son domicile de la rue Principale à Ange-Gardien. Il leur demandait ensuite de poser des gestes à caractère sexuel en échange d'argent ou de stupéfiants», a mentionné la porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin.
Pour le moment, l'homme au lourd passé judiciaire doit faire face à une accusation d'incitation à des contacts sexuels sur un enfant de moins de 16 ans. «Jusqu'à maintenant, les renseignements recueillis tendent à démontrer que [les actes] se sont déroulés sur plusieurs mois. Il pourrait y avoir d'autres accusations déposées dès la semaine prochaine parce qu'il y aurait d'autres victimes», a indiqué la représentante de la SQ. L'acte de dénonciation, dont le journal a obtenu copie, stipule que le suspect a «entre le 1er janvier 2015 et le 1er août 2015, à Ange-Gardien, à des fins d'ordre sexuel, invité, engagé ou incité [une enfant de 13 ans] à le toucher.» 
Antécédents
L'homme de 37 ans n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Le 6 avril 2009, l'homme avait plaidé coupable à des chefs d'accusation de voies de fait causant des lésions corporelles sur le bébé de son ex-conjointe et de non-respect de condition. Lors des représentations sur sa peine au palais de justice de Granby, l'accusé avait affirmé qu'il «était en manque de cocaïne» quand il a battu le bambin de 17 mois. «Je n'étais pas dans mon état normal, a-t-il dit. J'étais retombé dans la drogue après une thérapie. J'ai eu un "manque" quand c'est arrivé», a relaté La Voix de l'Est le 5 mai 2009.
Le suspect demeurera derrière les barreaux jusqu'à sa seconde comparution. Une perquisition a également eu lieu dans la résidence de Thierry Boudrias. Du matériel informatique y a notamment été saisi à des fins d'expertise.