Les organisateurs de Géocaching Granby ont proposé une formule complètement renouvelée pour la deuxième édition de l’évènement.

Géocaching Granby en duo avec le FICG

Découvrir 25 lieux méconnus et approfondir ses connaissances sur le Festival international de la chanson, c’est ce que propose Géocaching Granby avec son tout nouveau parcours. L’organisme paramunicipal Vie culturel et communautaire (VCC) de Granby s’est associé avec l’organisation du Festival afin de proposer une version renouvelée de sa chasse au trésor 2.0.

C’est une offre complètement revisitée que proposent les organisateurs de VCC. Le nombre de caches a plus que doublé et un partenariat avec le Festival international de la chanson de Granby (FICG) viendra donner un caractère à la fois historique et culturel au parcours.

Pour le directeur général du FICG, Pierre Fortier, c’était une occasion de mettre de l’avant un élément nouveau pour le cinquantième anniversaire de l’évènement. « On sent que la ville de Granby est derrière nous et c’est vraiment bien », souligne M. Fortier, qui note du même souffle une augmentation des inscriptions au Festival.

Le parcours ne s’adresse pas qu’aux touristes ; même les habitués de Granby y trouveront leur compte. « J’ai reçu des témoignages de gens qui habitent ici depuis trente ans qui ont découvert de nouveaux endroits l’année passée », témoigne le coordonnateur de VCC, Jean-Olivier Grégoire Fillion. Environ 1000 personnes ont participé à la première édition de l’évènement. « On a eu un retour d’environ 20 % des questionnaires, c’est bon pour une première année. »

Parcours plus long
La conseillère municipale Julie Bourdon s’est dite « particulièrement fière » de l’idée de VCC, qui cerne bien l’importance du Festival pour la municipalité. L’élue du district 3 y voit une activité intéressante qui permettra « aux citoyens et aux touristes de redécouvrir le milieu avec une activité complètement gratuite ».

Cette fois, ce sont des plaquettes de plastique où sera inscrite une question sur chaque côté que les participants devront tenter de trouver. Les cadenas dispendieux utilisés au début de la dernière édition n’ont pas été réutilisés après que plusieurs d’entre eux aient été dérobés par des malfaiteurs.

Les caches sont déjà dissimulées dans un vaste rayon de la ville, qui va du Centre d’interpération de la nature du lac Boivin, en passant par le théâtre de l’Ancien presbytère jusqu’au terrain de Tennis St-Luc. La chargée de projet estival chez VCC, Sarah Gobeil, qui a déjà terminé de dissimuler les plaquettes, avoue qu’il faudra jumeler les moyens de transport pour compléter ce long trajet. Par contre, les caches ne sont pas toutes accessibles en voiture. Il faudra assurément prévoir plus d’une journée pour compléter l’aventure.

Matériel nécessaire
Les gens qui désirent prendre part au défi doivent se munir d’un GPS, du questionnaire disponible sur le site web de VCC et d’un crayon pour faire l’activité. Les téléphones intelligents étant munis d’un système de localisation avec l’application Google Maps peuvent être utilisés pour l’exercice.

Toutefois, le défi ne se limite pas à déchiffrer les données géographiques. Une fois la plaque trouvée, les « géochercheurs » feront face à des questions fouillées issues des annales riches en anecdotes du festival. « Les réponses ne seront pas facilement disponibles sur le web », avertit M. Grégoire Fillion.

Vingt paires de billets pour le Festival sont à gagner. Pour participer, il suffira de faire parvenir le formulaire à VCC, physiquement ou par courriel, avant le 3 août. Pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans cette chasse au trésor 2.0 par la suite, trois laissez-passer doubles pour le Zoo de Granby seront tirés le 17 septembre.

M. Grégoire Fillion dévoile également qu’un autre parcours de moindre ampleur sera créé dans le parc Daniel-Johson à l’occasion de la fête nationale, le 24 juin prochain. « Ce sera l’occasion d’introduire les gens au géocaching », explique le coordonnateur.