Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Frédérick Brault, directeur général, et Yves Lévesque, maire de Bedford, annoncent un gel de taxes et plusieurs projets à venir.
Frédérick Brault, directeur général, et Yves Lévesque, maire de Bedford, annoncent un gel de taxes et plusieurs projets à venir.

Gel des taux de taxation à Bedford

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les contribuables de Bedford ne verront aucune modification à leur avis de taxation pour l’année 2021. Les taux de taxation de même que les tarifications demeurent les mêmes qu’en 2020. Par contre, d’importants chantiers sont à prévoir. Le budget se chiffre à 6 392 688 $

«On trouve que nos citoyens sont déjà affectés passablement par la pandémie, commente le maire Yves Lévesque en entrevue. On avait comme objectif d’essayer d’adopter un budget stable avec un gel des taux de taxation.»

Ainsi, une maison au prix moyen de 185 800 $ recevra un compte de taxes de 2376 $ en janvier.

Le prochain rôle triennal d’évaluation municipale est attendu pour 2022. Comme partout au Québec, Bedford a profité de la migration de familles montréalaises ou de la banlieue. «Il n’y a aucune résidence à vendre actuellement à Bedford. Il y a des résidences qui se sont vendues en quelques jours.»

L’évaluation foncière pourrait donc bondir, comme ailleurs dans la région, en 2022, puisque la date de référence sera juillet 2020.

Préparer le terrain

Quelques maisons se sont construites en 2020 et, dans deux ans, une trentaine de nouveaux terrains pourront être développés. Pour y arriver, la Ville devra faire des travaux d’infrastructures sous la rue Philippe-Côté afin de desservir le projet Héritage de Graymont. L’entreprise créera trois collines boisées avec les pierres non valorisables extraites dans la carrière de chaux.

Un parc récréotouristique sera aussi construit au pied de la colline la moins élevée, comptant des jeux pour les enfants, des jeux d’eau, un amphithéâtre, un chalet d’accueil, des sentiers pédestres. Le projet est progressif et les deux autres collines verront le jour au fil des ans.

«Le projet Héritage remet à la municipalité une possibilité de 30 unités à bâtir sur un terrain desservi dès 2022, note M. Lévesque. L’ouverture du parc est prévue pour 2023.»

Pour alimenter en eau et en égouts le projet Héritage, la Ville déboursera un peu plus de 1 M$ pour faire les infrastructures souterraines de la rue Philippe-Côté.

Des travaux d’infrastructures auront lieu sur la rue Philippe-Côté.

Il s’agira de la première de trois phases subventionnées par le FIMEAU (Fonds pour l’infrastructure municipale d’eau). Les rues Dutch et Clayes feront l’objet des mêmes travaux en 2022 et Des Pins et Plaisance en 2023. Les trois chantiers coûteront ensemble environ 6 M$, dont 2,5 M$ proviennent du FIMEAU.

Eau potable

Les études et les évaluations de coûts pour la mise à niveau des infrastructures d’eau potable se poursuivront en 2021 dans le but de réaliser les travaux en 2022. Les études concernent particulièrement la prise d’eau dans le lac Champlain, dans le secteur Philipsburg à Saint-Armand.

«En 2022, il y a des budgets assez importants pour améliorer la source de la prise d’eau au lac Champlain pour essayer à moyen et long terme de réduire les coûts de traitement auxquels on fait face à cause de la qualité de l’eau du lac, explique le maire. Les études regardent la provenance des courants, les mouvements du fonds du lac et, par après, on va arriver à remplacer la crépine flottante.»

Ces travaux viseront également à répondre aux exigences du ministère de l’Environnement, renchérit le directeur général Frédérick Brault.

La réfection de la prise d’eau brute est évaluée à près de 800 000 $, tandis que le remplacement et le rehaussement de la crépine et de la digue flottante sont de 516 000 $. Les études de 2021 devraient coûter 125 000 $.

Pumptrack

Si la Ville obtient les subventions qu’elle souhaite, Bedford lancera un projet de «pumptrack» pour les jeunes ainsi que d’ombrières pour le parc le plus fréquenté par les aînés.

«On a un skatepark qui a besoin d’amour, convient le maire Lévesque. Le pumptrack est une activité multi-usage. On peut l’utiliser avec un vélo, une planche à roulettes, une trottinette et même du patin à roues alignées. Ça touche les ados qu’on oublie parfois dans nos municipalités. Le pumptrack est une activité qui leur est destinée.»

Il s’agit d’un projet évalué à 202 000 $.

«Sa conception va ressembler beaucoup à celui de Waterloo», ajoute M. Brault.

Quant aux ombrières, au coût de 79 000 $, elles permettront d’offrir des points d’ombres aux aînés qui fréquentent le parc près de la FADOQ, où sont regroupées les activités comme la pétanque.

«On a réaménagé le parc il y a deux ans et on y a ramené les activités pratiquées par l’âge d’or, reprend M. Lévesque. C’est une zone qui, malheureusement, n’a pas d’arbre mature ni d’ombre. On sait que les aînés ont besoin des fois, à cause de médicaments par exemple, de ne pas être exposés longtemps au soleil. C’est un projet qui est nécessaire. On va trouver le moyen de le réaliser cette année.»

De plus, Bedford prévoit faire des jeux d’eau dans le stationnement de l’église avec une station sanitaire, un projet de 100 000 $.