L'avocat du braconnier Gabriel Montambault invoque à nouveau les délais déraisonnables pour tenter de faire innocenter son client.

Gabriel Montambault tente de s'esquiver

Condamné en mai à 67 550 $ d'amendes pour chasse illégale, Gabriel Montambault demande d'être innocenté en invoquant, à nouveau, des délais déraisonnables subis en cour.
Par le biais de son avocat, le braconnier de 71 ans en appelle de la décision du premier juge qui a entendu sa cause. En 2010, le magistrat Serge Champoux avait rejeté les prétentions de la défense qui demandait l'arrêt des procédures en plaidant que trop de temps s'était écoulé depuis l'arrestation de l'homme de Brigham et de son groupe, en 2006, lors de l'opération Bas de laine. Il avait mentionné que les délais étaient inhérents à la justice, imputables autant à la Couronne qu'à la défense. À la suite d'une autre requête, le juge Champoux avait été récusé du procès.
Un deuxième juge de la Cour du Québec a finalement trouvé M. Montambault coupable de 47 infractions en lien avec la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.
Cette fois-ci, son avocat, Me Jocelyn Grenon, s'adresse à la Cour supérieure. Son client ne nie pas les gestes posés, mais il estime que le juge Champoux a erré en refusant de donner son aval à l'arrêt des procédures. La Couronne conteste cette procédure, affirmant que comme le juge a été récusé, sa décision n'existe plus.
Tous les détails dans notre édition de samedi