L’aménagement de la future place citoyenne Jean-Lapierre, qui verra le jour au côté du Centre Notre-Dame dans le cadre de la phase 1 du projet de revitalisation du centre-ville de Granby, a été soumis à un concours architectural.

Future place Jean-Lapierre: un processus démocratique inhabituel

L’aménagement de la future place citoyenne Jean-Lapierre, qui verra le jour au côté du centre Notre-Dame dans le cadre de la phase 1 du projet de revitalisation du centre-ville de Granby, a été soumis à un concours architectural plus tôt cette année. Samedi, les trois firmes finalistes ont chacune présenté leur vision aux huit membres du jury, mais aussi aux citoyens, qui ont eu accès à cette rencontre qui se déroule habituellement à huis clos.

L’idée a germé tôt dans le processus, explique l’urbaniste senior et chargé de projets au développement du territoire, Dominique Desmet. « Quand on a suggéré au conseil de procéder par concours architectural plutôt que par appel d’offres, c’était déjà dans notre vision d’associer le public à la démarche », dit-il. 

« Ce n’est que la première de plusieurs consultations du genre qu’on va faire dans la ville. Ça fait partie de nos aspirations que d’avoir une communauté plus engagée et on croit que les citoyens peuvent mieux comprendre le processus d’attribution d’un contrat. On ouvre les portes à une activité qui se passe à huis clos d’habitude », a déclaré le chef de la division des communications de la Ville, Marc Antoine Morin. C’est vraiment unique, parce que ce genre de concours se déroule habituellement dans les grandes villes. Même le bureau de projets de Montréal était très impressionné qu’on soit en mesure d’organiser cela à Granby. »

La Ville de Granby s’est inspirée de règlements existants, notamment à la Ville de Montréal, en les adaptant à la réalité de Granby afin de recevoir une exemption de la part du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation pour procéder par concours. Elle a été accompagnée par deux consultants externes pour s’assurer que le processus se fasse dans les règles de l’art. 

Une trentaine de citoyens

À leur sortie de la rencontre, deux Granbyens, Line et Denis, ont confié à La Voix de l’Est avoir apprécié de pouvoir ainsi assister au processus et que l’expérience était « intéressante et enrichissante ». 

Une trentaine de personnes ont, comme Line et Denis, répondu à l’appel et se sont présentées à 9 h 30 à la salle du conseil municipal à l’hôtel de ville. Jusqu’à midi, ils ont écouté avec attention les représentants des firmes finalistes : Projet Paysage et Groupe Civitas, BC2 Groupe Conseil + Atomic 3 ainsi que l’Agence Reliefdesign et Latéral en collaboration avec Gestion groupe Ombrages et Gravitaire. 

Les huit membres du jury, entérinés par le conseil municipal, « représentent autant la diversité de la ville de Granby que l’expertise de professionnels en architecture d’aménagement paysagiste », affirme Dominique Desmet. Ils avaient préalablement sélectionné les trois projets finalistes qui étaient présentés samedi matin parmi les sept soumissionnaires, et ont délibéré en après-midi pour déterminer celui qui serait retenu. Le lauréat sera annoncé au mois de mars et la première pelletée de terre est prévue pour août 2020. 

Le jury sélectionne le lauréat qu’il soumettra au conseil municipal, ce dernier devant ensuite entériner la décision lors d’une séance officielle. Cette étape nécessite une série d’interventions administratives et légales qui expliquent le délai d’un mois entre la sélection du projet et l’annonce officielle, indique l’urbaniste sénior. 

Le contenu des présentations demeure donc sous embargo pour des raisons légales tant que la décision officielle ne sera pas prise, explique le chef de la division des communications de la ville de Granby.