L’actuel poste de la SQ à Dunham ne répond plus aux besoins des policiers. En 2010, des roulottes ont été installées derrière le bâtiment et servent de bureaux aux enquêteurs.

Futur poste de la SQ à Dunham: cabale contre le projet

Construire le futur poste de la Sûreté du Québec à Dunham au lieu de Cowansville serait une grave erreur, croit Guy St-Louis. L’homme d’affaires calcule que les deux municipalités y perdraient au change. Il appelle les dirigeants municipaux à la raison.

« C’est une bouffonnerie », lance d’emblée M. St-Louis. L’idée même de dépenser 1,6 million de dollars pour prolonger les réseaux d’aqueduc et d’égout de la Ville de Cowansville jusqu’au terrain choisi par la Ville de Dunham le révolte. « Ça n’a pas de bon sens pour Dunham de débourser autant d’argent pour une bâtisse qui ne lui rapportera pas beaucoup de taxes, et ça n’a pas de bon sens pour Cowansville qui a déjà des terrains desservis par ces services. Comment a-t-on pu prendre une telle décision ? », s’interroge-t-il.

La municipalité de Dunham a acheté un terrain de huit hectares le long de la route 202, près de la rue Fitchett, en 2012 au coût de 245 000 $ pour y construire le futur détachement de la SQ. Dans son entente avec la Société québécoise des infrastructures (SIQ), la municipalité s’est engagée à payer pour prolonger les réseaux d’aqueduc et d’égout de Cowansville jusqu’au terrain, des travaux estimés alors entre 800 000 $ et un million de dollars. En retour, la SIQ allait racheter le terrain au coût de 750 000 $ et bâtir l’édifice.

M. St-Louis se range derrière Réjean Lehoux dans ce dossier. L’ancien candidat à la mairie de Cowansville avait lancé un pavé dans la mare lors des élections municipales l’automne dernier, promettant de s’opposer à la construction du futur poste de la SQ à Dunham, et du coup à la prolongation de ses réseaux pour desservir le bâtiment. Il a poursuivi son combat en organisant récemment une soirée d’information à l’intention des citoyens de Cowansville.

Il est encore temps d’arrêter le processus, estime M. St-Louis. Il a rencontré dernièrement à cette fin les maires des deux municipalités. « Ils doivent reculer. Ce n’est pas une bonne affaire pour leurs citoyens », dit-il. Plusieurs terrains bien situés pour un poste policier sont disponibles à Cowansville, soutient-il, dont deux qui appartiennent déjà à la Ville.

Pas de plan B
Il n’existe aucun plan B, soutient Pierre Janecek. Le maire de Dunham illustre de cette façon l’intention de son administration de maintenir le cap. « On a le OK du Conseil du Trésor. Ça va se faire », soutient-il en entrevue.

Le projet ne sera pas un gouffre financier pour sa municipalité, assure-t-il, rejetant les conclusions de M. St-Louis. La ville recouvrera son investissement, promet-il, faisant remarquer les impôts fonciers annuels d’environ 30 000 $ que versera la SIQ. « On va se rembourser à long terme. »

La mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, aimerait que le poste de la SQ soit construit dans sa ville. La décision est cependant déjà prise en faveur de Dunham, souligne-t-elle. Le comité de la sécurité publique de la MRC Brome-Missisquoi a approuvé le choix de Dunham et le conseil de Cowansville l’a avalisé en 2012, a-t-elle rappelé. « On accepte que ça va se faire à Dunham. On collabore avec la municipalité », a-t-elle dit vendredi quand nous l’avons jointe.