Un lien cyclable sera aménagé à la fin de l'été entre la rue Denison ouest et la piste cyclable l'Estriade. La Ville fera l'acquisition de parcelles de terrain sur quatre propriétés des rues Denison et Dorchester.

Futur lien cyclable: Granby s'entend avec des propriétaires

Les cyclistes du secteur de la rue Léger pourront accéder à l'Estriade de façon directe grâce à un lien cyclable qui sera aménagé à la fin de l'été. La Ville de Granby a conclu des ententes avec des propriétaires des rues Denison ouest et Dorchester pour acquérir une portion de leur terrain respectif.
La valeur des ententes conclues avec deux propriétaires de la rue Denison et deux autres de la rue Dorchester totalise 126 300 $, mais le budget global accordé à ce projet, incluant le coût des travaux, est de 360 000 $.
« On va avoir une idée plus précise de l'estimé réel des coûts avec les plans et devis », a souligné le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Gabriel Bruneau. 
Selon lui, différentes options pour aménager ce lien ont été étudiées, mais celle qui a été privilégiée permet de joindre l'Estriade de la façon la plus directe possible.
Le futur lien sera situé entre les propriété situées au 251 et 255 rue Denison ouest, soit tout près de l'arrêt obligatoire qui permet d'accéder à la rue Léger, où une piste multifonctionnelle a été aménagée l'été dernier dans la contestation. Le lien empiétera aussi sur les terrains sis au 376 et 384 rue Dorchester. 
Utilité publique
Les élus ont récemment approuvé les ententes qui ont été conclues avec ces propriétaires. La Ville versera 30 000 $ à Jean-Paul Desroches, propriétaire de l'immeuble à logements situé au 251 Denison ouest pour l'acquisition d'une bande de terrain d'environ 274 mètres carrés.
Une clôture de type « Frost » sera aussi installée aux frais de la Ville pour délimiter sa propriété. « Est-ce qu'on peut vraiment s'objecter aux services publics ? Je ne le crois pas », a réagi M. Desroches. 
Au 255 rue Denison ouest, c'est plutôt une portion de terrain en arrière-cour de 511 mètres carrés qui deviendra la propriété de la Ville au coût de 50 000 $.
Une compensation financière de 16 000 $ a aussi été accordée à la propriétaire de la résidence pour qu'elle effectue l'installation d'une nouvelle haie de cèdres de 1,8 mètre de hauteur sur 73 mètres de longueur. Sept épinettes devront aussi être déplacées, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.
La Ville fera par ailleurs l'acquisition de deux parcelles de terrains distinctes au 376 rue Dorchester, pour un montant estimé à 24 667 $. Un échange de terrain sera réalisé au 384 rue Dorchester. La Ville s'est aussi engagée à prendre en charge les honoraires professionnels déjà engendrés par les propriétaires pour l'implantation d'un immeuble, soit 5633 $.
Diverses servitudes pour utilités publiques, notamment pour de la filerie aérienne, ont aussi été concédées à ces adresses. 
Chantier à la fin de l'été
Les pourparlers avec les propriétaires impliqués dans ce projet se sont étirés sur quelques mois, reconnaît Gabriel Bruneau. « N'importe quelle option aurait nécessité des acquisitions de terrain ou de servitudes, dit-il. Mais ça semble beaucoup [d'argent] avec le scénario que nous avons privilégié parce qu'il y a plus d'un propriétaire impliqué. »
Selon le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, la construction du lien cyclable est prévu pour la fin de l'été ou le début de l'automne.
Lors de la dernière séance du conseil municipal, le maire Pascal Bonin a affirmé que l'option retenue est « la plus dispendieuse », mais c'est également celle qui est la « plus sécuritaire » pour les cyclistes. 
Une résidante de la rue Léger, Hattie Dittman, opposée à l'aménagement de la piste multifonctionnelle dans sa rue, a dit trouver dommage que les citoyens n'aient pas été avisés de cette facture supplémentaire, qu'elle juge élevée.
« Vous ne pouvez pas critiquer le coût du lien et en même temps dire qu'il faut que ça (la piste) débouche. On le fait pour les résidants de votre rue », a dit le maire. « Vous ne l'avez pas fait pour nous parce qu'il n'y avait personne qui la voulait (la piste multifonctionnelle) », a laissé tomber Mme Dittman.