Plus de trois ans après le double meurtre suivi du suicide de l’assassin, le coroner a livré les conclusions de son enquête.

Fusillade à Marieville: le coroner identifie un mobile

Les pertes financières reliées à la vente d’une terre agricole pourraient être le mobile qui aurait poussé Daniel Massé à assassiner deux hommes à Marieville avant de retourner l’arme contre lui en 2015, selon les conclusions du coroner chargé de faire la lumière sur les trois décès.

Plus de trois ans se sont écoulés depuis la fusillade qui a coûté la vie à Michel L’Italien et Marcel Émond, âgés de 55 ans, et qui a blessé un troisième homme. Le coroner André-H. Dandavino est revenu sur le fil des événements de la funeste soirée du 8 juillet 2015 dans ses rapports dévoilés jeudi sur les meurtres des deux hommes et du suicide du meurtrier.

Daniel Massé vivait, depuis le mois d’août 2014, dans un véhicule motorisé installé dans la cour de ferraille du garage où travaillaient Michel L’Italien et Marcel Émond. Ce dernier vivait à la même adresse, dans une mezzanine aménagée dans le garage.

Massé avait vendu sa terre agricole située à Saint-Paul-d’Abbotsford. En 2011, il avait accepté de la céder à 40 % du montant de l’évaluation municipale avant de se rétracter et d’entamer des procédures légales en lien avec cette affaire. Deux ans plus tard, il avait perdu sa cause. Il avait tenté une nouvelle défense avec un avocat référé par un membre de la famille L’Italien, mais sans succès. Massé avait perdu une somme d’argent importante et blâmait en partie ses deux victimes, peut-on lire dans les rapports d’enquête du coroner.

L’individu âgé de 59 ans s’est présenté, armé d’une carabine tronçonnée et d’une baïonnette, dans le garage où se trouvaient L’Italien et Émond, ainsi qu’une connaissance. Cette dernière a été blessée par balles à une main et au cou, mais l’homme a réussi à fuir les lieux. Les deux autres individus n’ont pas eu cette chance. Marcel Émond a été poignardé à mort. Michel L’Italien a été atteint mortellement par balles.

Chasse à l’homme

Après la découverte des victimes, les policiers avaient déclenché une chasse à l’homme. Massé avait été vu chez une connaissance — qui ignorait tout des homicides — à Roxton Pond le soir des meurtres. Il semblait en état d’ébriété et tenait un discours incohérent. Massé consommait d’ailleurs de bonnes quantités d’alcool et aurait eu des problèmes de consommation de drogues illicites.

Il a été découvert sans vie, le lendemain des meurtres, dans sa voiture garée dans l’entrée d’un terrain privé à Roxton Pond. Le coroner conclut à un suicide par arme à feu. Une des douilles retrouvées dans le garage de Marieville correspondait à cette arme. Les autres douilles correspondent à une autre arme, mais celle-ci n’a jamais été retrouvée.

Le coroner n’a formulé aucune recommandation.