«Je veux donner le goût aux gens de découvrir des auteurs», affirme le libraire Frédéric Fortin.

Frédéric Fortin ouvre une troisième boutique de livres usagés

Comme la montagne de livres usagés qu’il vend à Beloeil, Saint-Hyacinthe et maintenant Granby, Frédéric Fortin connaît l’importance de bénéficier d’une 2e et 3e vie.

Le libraire originaire de Saint-Valérien-de-Milton a subi une opération au coeur en 2008 et une hémorragie cérébrale en 2017. Sans oublier une jeunesse turbulente où il a lâché l’école puis accumulé les petits boulots avant d’être sauvé, comme il le dit, par les livres.

Séduit par la sagesse des bouquins qu’il consultait, celui qui ne se destinait pas du tout à une carrière dans les mots est aujourd’hui à la tête de trois boutiques de livres de seconde main appelées Les trésors du futur. Son petit dernier verra le jour samedi, au 31 rue Évangéline à Granby, à l’occasion d’une mégavente d’ouverture.

« Je veux donner le goût aux gens de découvrir des auteurs, affirme M. Fortin, 39 ans. Je veux rendre les gens heureux. C’est ma mission depuis 10 ans. Quand t’as le goût d’apprendre, tout s’ouvre à toi. »

Dans son grand local qui abritait jadis une boutique de vêtements, il a disposé des centaines de livres sur des tables, sans fla-fla. Les recueils de croissance personnelle, son sujet de prédilection, côtoient les romans, les biographies ainsi que les ouvrages d’art et de recettes.

Il estime que la lecture est un loisir qui sera toujours populaire. « Les gens qui aiment lire vont toujours lire, dit-il. Un bon livre, c’est un bon livre. Je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas, ici »

Bénévoles demandés

Mais de son propre aveu, il ne roule pas sur l’or et aimerait que des passionnés des livres comme lui viennent s’impliquer bénévolement afin d’allonger les heures d’ouverture du commerce granbyen. Car pour le moment, il ne peut ouvrir qu’un samedi sur deux.

Frédéric Fortin aimerait aussi créer une fondation qui coordonnerait les dons de livres aux organismes qui en font la demande. Car au-delà de son métier de libraire, il aime par-dessus tout donner des livres à ceux qui en ont le plus besoin : écoles, bibliothèques municipales, prisons et résidences pour personnes âgées, par exemple.

Il en a notamment donné au Centre régional intégré de formation, à Granby, où il a terminé son secondaire aux cours pour adultes.

« J’ai des containers de livres ! Ils s’accumulent, mais je ne veux pas les jeter. Mon but, c’est d’aider et de promouvoir la lecture. Quand on aide les autres, ça nous revient toujours. C’est ça ma paye. »

Père de deux enfants, il leur communique aussi sa passion. « Quand j’étais jeune, j’étais un petit cr... Je suis fier d’être parti de rien et d’avoir fait quelque chose. »