Lise Desrochers a admis avoir usé de divers stratagèmes pour soutirer de l’argent à son employeur.

Fraude de 121 000$ : l'ex-employée de la Chambre immobilière plaide coupable

L’ex-employée de la défunte Chambre immobilière de la Haute-Yamaska a reconnu jeudi avoir frustré l’organisme de 121 121,41 $ au cours de la dernière décennie.

Lise Desrochers, 64 ans de Roxton Pond, a plaidé coupable devant le tribunal à des accusations de fraude et de fabrication de faux documents.

Sa sentence sera rendue à une date ultérieure. Pour la défense, Me Serge Michon a demandé que sa cliente soit évaluée afin de cerner sa personnalité et son risque de récidive, ce qu’a accepté la juge Danielle Côté, de la Cour du Québec.

L’accusée, qui s’occupait de comptabilité et de percevoir les cotisations des membres, était la seule employée de l’organisme à but non lucratif aujourd’hui dissout. 

La preuve démontre qu’entre 2012 et 2017, Mme Desrochers a fait des chèques à son nom, imitait la signature de membres de la Chambre et encaissait des cotisations payées par courriel, a expliqué Me Karyne Goulet, du bureau de la Couronne. Elle était employée depuis 2008.

Elle a aussi détourné des sommes d’argent comptant que les courtiers immobiliers lui donnaient pour des formations. Le véritable montant volé, qui a servi à payer des dépenses personnelles, pourrait être plus élevé que ce qui a été déposé en preuve, a dit Me Goulet. 

Aveux

Le secret a été éventé lorsque le président de la Chambre, en congrès à l’extérieur du Québec, s’est rendu compte que son inscription n’avait pas été payée.

L’accusée a avoué ses crimes à son employeur et à la police. Elle a aussi produit une déclaration de neuf pages qui sera présentée lors des observations sur la peine à venir au palais de justice de Granby.

La suite du dossier a été reportée en novembre. Entre-temps, Mme Desrochers reste en liberté sous conditions. Elle n’avait pas d’antécédent judiciaire.

La Chambre immobilière de la Haute-Yamaska a été dissoute en janvier dernier. Ses membres ont alors joint les rangs de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec.