Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les policiers perquisitionnent un appartement de la rue Jogues qu’ils soupçonnent être un point de vente de stupéfiants.
Les policiers perquisitionnent un appartement de la rue Jogues qu’ils soupçonnent être un point de vente de stupéfiants.

Frappe policière à Granby

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les policiers de Granby croient avoir mis fin, lors d’une opération réalisée vendredi matin, à des activités de trafic de stupéfiants qui se déroulaient dans une résidence de la rue Jogues.

Sur le coup de 5h30, les membres du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec sont débarqués dans un appartement de la rue Jogues. Une enquête ouverte par l'escouade ACCÈS-Cannabis en avril 2020 a conduit les agents à cette adresse.

Ils soupçonnent l’endroit d’être un point de vente de cannabis, cocaïne et méthamphétamine. Les policiers n'ont pas trouvé de cannabis, mais en revanche, ils ont découvert de petites quantités de cocaïne et de méthamphéamine, et des munitions d'arme à feu. 

Un homme de 36 ans a été arrêté et rencontré par les policiers vendredi après-midi. 

Deuxième perquisition

Une autre adresse du même quartier a été perquisitionnée par les policiers, jeudi. Lors d’une visite de prévention des pompiers dans une maison de la rue Clarence, ils ont eu des indices laissant présager la présence de cannabis.

Cette propriété de la rue Clarence a été visitée par les policiers, jeudi, en lien avec des activités de vente de stupéfiants. 

La drogue sous diverses formes a été saisie, notamment de la résine et du «shatter». De la méthamphétamine, environ 500 $ en argent et différents équipements ont été retrouvés.

Jonathan Filipopoulus, qui est connu des policiers, a été accusé de possession de cannabis et de possession de méthamphétamine, jeudi, au palais de justice de Granby. L’homme de 34 ans fait aussi face à quatre accusations de non-respect des conditions de probation.

Deux hommes et une femme, qui sont dans la vingtaine, ont également été appréhendés. L’enquête ne permet toutefois pas de les inculper pour le moment.