Les participants ont démontré qu’ils avaient à cœur l’identité du Parc des sommets.

Franc succès de l’atelier participatif du Parc des sommets

Plus de 120 personnes ont créé le Parc des sommets de leur rêve, samedi matin, à Bromont. Invitée à donner son avis sur les aménagements qui seront faits lors des prochaines années dans ces 150 hectares de forêt acquis par la Ville ce printemps, au terme de plusieurs démarches citoyennes, corporatives et gouvernementales, la population de Bromont et des environs a répondu avec enthousiasme à l’atelier participatif.

Divisés en tables de travail, les intéressés devaient se prononcer sur les suggestions faites par la table de concertation — rassemblant les organismes impliqués dans le projet depuis longtemps —, dire ce qu’ils aimaient ou ce qu’ils n’aimaient pas et y aller de suggestions.

« Grâce aux subventions qu’on a obtenues, on a des engagements en terme d’aménagement d’infrastructures », explique la responsable du projet du Parc des sommets, Annie Cabana. Pavillon d’accueil, refuge/cabane à sucre, belvédère et caillebotis font partie de ces aménagements, mais il y a aussi la façon de protéger les zones de conservation qui ont été abordées.

Le refuge/cabane à sucre, soit un seul et même bâtiment, a suscité des discussions animées lors desquelles, souvent, les participants étaient debout, penchés avec attention sur les photos présentant différents modèles d’architecture. « On voulait savoir ce que les gens voulaient avoir comme bâtiment, indique Mme Cabana. Un bâtiment traditionnel ou plus innovant, créatif. Ça semble pencher pour le créatif. [...]»

Le caillebotis, une structure qui permet de marcher par-dessus la végétation sans l’abîmer, a suscité bien des réactions, mais la passerelle suspendue semble cependant avoir reçu l’approbation de tous.

Identité
Au-delà des infrastructures, l’identité de l’ensemble du réseau de sentiers a été abordée. Le réseau compte actuellement 104 km de sentiers. Ce nombre grimpera à 140 km une fois le parc complété. « Les gens devaient se prononcer sur la façon dont on va nommer les sentiers. [...] Ce qui ressort beaucoup, c’est de mettre en évidence les sept sommets de Bromont. L’identité est importante et ça doit se refléter auprès du visiteur et quand on en fait la promotion à l’extérieur. Et ça crée un lien d’attachement. »

Des mots clés ont aussi été proposés pour déterminer la mission et la vision pour le Parc des sommets. « Ça va faire partie du plan directeur qu’on va préparer. Ça va nous donner une bonne idée des enjeux et des actions qui seront à faire en lien avec cette vision et mission là. »

Les participants ont discuté également de tarification. « Présentement, c’est vraiment sur une base volontaire pour les sentiers de Bromont, ou ils peuvent s’abonner. On avait quatre modèles de tarification et on voulait entendre les gens débattre. J’ai hâte de revoir ce qui a été écrit à chacune des tables. La réponse va être assez claire quand on aura fait le tour de tous les documents. »

À la fin des discussions animées par des bénévoles, les participants ont présenté, table après table, le résultat de leurs réflexions.

« [...] On sent qu’il y a une identité qui ressort, analyse Mme Cabana. Il y a des choses sur lesquelles les gens s’entendent, comme l’accessibilité ainsi que la protection. Même chose pour le style de bâtiment [avec la volonté] de créativité. »

Chacun des thèmes discutés fera l’objet d’un compte rendu qui sera présenté aux membres de la table de concertation. Des propositions seront éventuellement faites au conseil municipal, puis les élus prendront les décisions finales.