Le chef de l'exploitation d'Atco, entreprise fournissant l'électricité et le gaz naturel à Fort McMurray, Siegfried Kiefer n'a pas été en mesure de donner une date précise pour la fin des réparations des installations, mais a laissé entendre qu'elles pourraient prendre «moins d'un mois». Une fois qu'elles seront terminées, le retour des habitants se fera probablement de manière progressive, a-t-il ajouté.

Fort McMurray: une tâche délicate à prévoir pour le retour

Les employés de l'entreprise fournissant l'électricité et le gaz naturel à Fort McMurray travaillent 24 heures sur 24 pour réparer les réseaux de distribution endommagés par l'incendie de forêt, mais un haut dirigeant de la compagnie a affirmé qu'il était encore trop tôt pour dire quand les résidants pourraient retourner chez eux.
Le chef de l'exploitation d'Atco, Siegfried Kiefer, a déclaré, mercredi, après l'assemblée annuelle de la société, que la mission devant être accomplie à Fort McMurray était dangereuse et nécessitait beaucoup de soin et de temps.
Plus de 80 000 personnes ont été forcées de fuir lorsque l'incendie s'est propagé à plusieurs quartiers de Fort McMurray la semaine dernière. Les flammes ont détruit environ 2400 bâtiments, mais les pompiers ont réussi à protéger 90 pour cent de la ville.
M. Kiefer a révélé que le courant pouvait être rétabli dans 75 pour cent des bâtisses de la municipalité du nord de l'Alberta, mais que ce ne serait pas sécuritaire de le faire avant que toutes les inspections aient été complétées.
Pour le gaz naturel, Atco a coupé l'alimentation de la ville dès le début de la catastrophe par mesure de précaution. Le chef de l'exploitation a précisé qu'il faudrait aussi que toutes les canalisations soient examinées avant que le service puisse de nouveau être disponible.
Siegfried Kiefer n'a pas été en mesure de donner une date précise pour la fin des réparations, mais a laissé entendre qu'elles pourraient prendre «moins d'un mois». Une fois qu'elles seront terminées, le retour des habitants se fera probablement de manière progressive, a-t-il ajouté.
«C'est de cette manière que nous avions procédé lors des incendies de Slave Lake. Nous avions découpé les communautés en bloc et permis aux résidants de ces zones de revenir dans la ville.»