Isabelle Malot, directrice adjointe du CRIF, et Martin Graveline, enseignant de soudure

Formation en soudage du CRIF : une collaboration gagnante

Une collaboration entre la MRC de la Haute-Yamaska et la classe de formation en employabilité en soudage du Centre régional intégré de formation (CRIF) permet aux jeunes de travailler sur un projet concret qui servira à améliorer la sécurité dans les deux écocentres de la région.

Des structures rigides en acier seront bientôt érigées devant les débarcadères des écocentres dans le but d’améliorer l’affichage, mais aussi de prévenir les chutes. Ces structures seront faites par des élèves de Martin Graveline, qui leur enseigne la soudure.

Un total de 22 structures, dont 12 iront à l’écocentre de Granby et le reste à celui de Waterloo, seront fabriquées dans les mois à venir.

« C’est un projet concret, souligne M. Graveline, la visibilité est meilleure pour eux. »

Ils pourront également avoir une idée du genre de projets qu’ils pourront mener une fois sur le marché du travail, dit-il.

Déjà, un prototype a été fabriqué par deux élèves et M. Graveline. Celui-ci a été installé à l’écocentre de Granby par un soudeur professionnel, pour des questions de santé et sécurité. Quelques ajustements seront apportés pour les prochaines structures.

L’enseignant souhaite s’assurer que tous ses élèves puissent travailler à tour de rôle sur le projet. Il jumèle ensemble deux élèves de niveaux différents afin que le meilleur enseigne lui-même à son coéquipier. Si les notions sont bien transmises, M. Graveline sait que son élève a réussi à bien les intégrer.

William Gingras a participé à la fabrication de la première structure installée à l’écocentre de Granby.

Cette formation est surtout donnée à des décrocheurs qui souhaitent aller sur le marché de l’emploi avec un métier en poche. Un jeune peut s’ajouter à la classe n’importe quand dans l’année, de sorte que des élèves de plusieurs niveaux différents se retrouvent à travailler dans l’atelier, situé dans l’école secondaire Haute-Ville.

William Gingras, 17 ans, est l’un des deux élèves à avoir fabriqué la première structure. Il terminera bientôt son cours et pourra rapidement intégrer le marché du travail.

« C’était bien. J’aime souder, ça me change les idées. Le projet m’a appris que je fais une bonne job. »

Il a également expérimenté différentes postures pour souder. Normalement, les élèves travaillent sur de petits projets, donc la posture est souvent la même. Cette fois-ci, les pièces sont beaucoup plus grandes et ils ont dû s’ajuster.

Quant à son mandat d’apprendre des choses à son coéquipier, « moi je ne suis pas prof, faque j’ai un peu de misère, mais il a compris ma technique », se réjouit-il.

Ce genre de partenariat permet à la classe de M. Graveline de réaliser un projet sans date butoir qui mettrait le groupe sous pression, surtout s’il y a des absents. Des dates ont été choisies pour la remise d’une partie des structures, mais l’enseignant sait qu’il a de la flexibilité avec la MRC.

La MRC de la Haute-Yamaska défraie les coûts des matériaux, du transport et de l’installation des structures, tandis que la main-d’œuvre et les équipements nécessaires sont assumés par le CRIF.

« C’est une situation gagnant-gagnant, se réjouit le préfet de la MRC, Paul Sarrazin, par voie de communiqué. Non seulement nous sauvons des sous pour la main-d’œuvre, mais cela permet également à de futurs travailleurs du territoire de tester concrètement leurs acquis scolaires dans un projet éducatif hors du commun qui sera pérenne pour de nombreuses années dans la région! »

« C’est très valorisant et motivant pour nos élèves de travailler sur des projets concrets lors de leur formation et de voir ainsi leur travail contribuer à l’amélioration d’une situation ou à aider les citoyens. Le CRIF est toujours ouvert et heureux de participer à ce type de partenariat », renchérit le directeur de l’établissement, Denis Ménard, lui aussi par communiqué.