Les récipiendaires du Fonds de microcrédit agricole de la Haute-Yamaska pour l’année 2018 ont été dévoilés lundi.

Fonds de microcrédit agricole: quatre entreprises de la région en profitent

Un an après sa création, le Fonds de microcrédit agricole de la Haute-Yamaska a dévoilé, lundi, ses premiers récipiendaires. Quatre producteurs agricoles de la région peuvent compter sur un prêt sans intérêt pour démarrer, développer ou diversifier leur entreprise.

« Par cette initiative, nous souhaitons encourager la relève à se lancer en affaire et favoriser la venue de nouvelles exploitations agricoles dans la région », a déclaré le maire de Granby et préfet suppléant de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin, en soulignant que le Fonds venait répondre à une préoccupation réelle exprimée par le monde agricole.

Ainsi, Les jardins biologiques d’Osiris de Granby, propriété de Valérie Massé, profitent d’un coup de pouce de 10 000 $ pour le démarrage de sa production maraîchère sur buttes. Également spécialisés dans le maraîchage biologique sur buttes, Riva Khanna et Andy Linnevers de la ferme des Monts Verts de Shefford reçoivent une aide de 10 000 $. Grâce à un prêt de 7500 $, l’entreprise Miel Fontaine de Sainte-Cécile-de-Milton peut, pour sa part, se lancer dans la production d’hydromel. Caroline Fontaine obtient quant à elle un support de 7500 $ pour poursuivre l’expansion de son entreprise de plants de vigne à raisins de table.

C’est d’ailleurs chez elle, route 137, qu’ont été dévoilés les noms des bénéficiaires. La jeune productrice s’est installée à cet endroit depuis l’automne dernier « pour voler de ses propres ailes ». Grâce à des investissements d’environ 500 000 $, Vignes chez soi propose une cinquantaine de variétés de raisins de table. Déjà présente dans plusieurs grandes surfaces, l’entreprise n’est pas à court de projets. Caroline Fontaine prévoit notamment l’aménagement d’un vignoble de 1000 plants au printemps, l’ajout de points de vente et la création d’un kiosque sur sa propriété.

Ce prêt, bien que modeste, est le bienvenu, assure Mme Fontaine. « Ça nous donne un peu de liquidités pour nos projets. Ça permet d’avoir un petit fonds de roulement », dit-elle.

Plus d’argent

Ce Fonds avait été lancé en grande pompe en 2018 par quatre partenaires : la MRC de La Haute-Yamaska, le Syndicat de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Haute-Yamaska, la Coopérative des Montérégiennes et Desjardins Entreprises — Haut-Richelieu-Yamaska.

Ces organismes avaient alors constitué une enveloppe de 103 300 $ pour la période 2018-2022, accordée sous forme de prêts sans intérêt remboursables sur cinq ans.

Initialement, les gestionnaires comptaient limiter l’octroi global de ces prêts à 20 000 $ par année. Or, ils ont convenu d’augmenter ce plafond, selon la disponibilité des fonds et la qualité des projets soumis. Cela explique que 35 000 $ ont été prêtés dès cette année.

Pour profiter du programme — dont l’aide maximale est fixée à 10 000 $ par projet —, les candidats doivent œuvrer dans un domaine non conventionnel de production, de culture, de transformation et de mise en marché de produits agricoles.

Rappelons qu’il n’est pas trop tard pour profiter du Fonds de microcrédit agricole de la Haute-Yamaska 2019. Le comité de sélection analysera les demandes en avril et en novembre. Les entrepreneurs admissibles ont jusqu’à la fin du mois de mars pour soumettre leur dossier de candidature sur le site eh-y.ca.