Les deux lauréats travaillent avec des produits émergents, soit les champignons sous couvert forestier, et l’aronia. Sur la photo, Maggy Desrochers, Andrée-Anne Daigle, Jean-François Lessard, Mirta Jean-Louis, Samuel Gosselin et Jérôme Ostiguy.

Fonds de microcrédit agricole: deux lauréats de Granby

Deux producteurs agricoles de la Haute-Yamaska pourront chacun compter sur un prêt de 10 000 $ grâce au Fonds de microcrédit agricole de la Haute-Yamaska (FMAHY). Il s’agit de la Ferme Champignons Yamaska et de la ferme Ema de Malva, tous deux de Granby.

Le FMAHY soutient les producteurs agricoles lors des étapes du démarrage, du développement et de la diversification de leur entreprise dans des domaines non traditionnels de l’agriculture. Le montant de chaque prêt est déterminé selon le projet jusqu’à un maximum de 10 000 $ sans intérêt et remboursable sur cinq ans.

Champignons comestibles

Les deux lauréats sont deux entreprises qui travaillent avec des produits émergents.

Jean-François Lessard a acheté son terrain en 2012. À la Ferme Champignons Yamaska, il cultive des champignons sous couvert forestier contrôlé.

Ce jeune entrepreneur assure que les champignons sont très bénéfiques pour la santé, grâce à leur caractéristique antibactérienne. Il est également établi dans deux restaurants.

Le prêt de 10 000 $ lui permettra de créer un système d’irrigation. « J’ambitionne d’être le plus gros producteur de strophaires rouge vin au Québec », mentionne-t-il.

Aronia

Quant à la ferme Ema de Malva, on y cultive de l’aronia, un petit fruit mauve qui est peu connu au Québec. « J’ai la curiosité de faire des choses qui ne sont pas communes », indique Mirta Jean-Louis, propriétaire de l’endroit.

Ce projet a débuté pour elle il y a huit ans. Une amie lui avait alors apporté quatre plants d’aronia et elle a décidé de se lancer dans cette culture. Cela fait deux ans qu’elle a commencé à en planter en plus grande quantité ; elle compte aujourd’hui 1600 arbres.

Cela prend cinq années avant d’obtenir une bonne production de cette baie. Son prêt lui permettra de construire un enclos afin de protéger sa plantation des chevreuils.

Risque

Cet outil financier est important pour les agriculteurs. En effet, la production n’est pas assurée dans leur cas, ce qui refroidit les ardeurs d’investisseurs potentiels. « Les investisseurs sont frileux d’embarquer dans des projets agricoles en raison de leur production malléable », explique Samuel Gosselin.

Ce Fonds a été lancé en 2018 par quatre partenaires : la MRC de La Haute-Yamaska, le Syndicat de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Haute-Yamaska, la Coopérative des Montérégiennes et Desjardins Entreprises — Haut-Richelieu-Yamaska.

Ces organismes avaient alors constitué une enveloppe de 103 300 $ pour la période 2018-2022, distribuée sous forme de prêt.

Démarrer une entreprise agricole nécessite des investissements importants. Ce Fonds tente d’inciter les jeunes à se lancer en affaires dans le domaine agricole.

Cette mission semble bien fonctionner puisque le montant maximum initial de 20 000 $ par année est déjà augmenté. Il est maintenant rendu à 35 000 $ annuellement. En un an et demi, 55 000 $ ont été investis dans différents projets.

Il existe un certain risque de mettre de l’argent dans ce genre de projet. Toutefois, le FMAHY continue sa mission. Ces deux gagnants constituent une deuxième vague de récipiendaires cette année. D’autres prêts seront en jeu cet automne. La décision se prendra au mois de novembre.