L’annonce des bénéficiaires du Fonds 2018-2019 s’est déroulée vendredi dans une classe de l’école de Roxton Pond, qui a pu profiter d’une partie des sommes accordées en 2017-2018.

Fonds de développement régional: pour avoir les moyens de ses ambitions

Encore cette année, de nouvelles initiatives pourraient voir le jour grâce au Fonds de développement des communautés de la MRC de La Haute-Yamaska. Parmi les douze projets soumis, six recevront une aide financière leur permettant « d’avoir les moyens de leurs ambitions ».

Au total, les récipiendaires du Fonds pour 2018-2019 se partageront 263 750 $. La MRC estime que la valeur combinée de leurs projets s’élève à 672 877 $.

La municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton reçoit la plus grosse part du gâteau, trois de ses projets ayant été retenus. Un montant de 60 000 $ devrait entraîner le déploiement d’internet haute vitesse dans 250 logements non desservis de son territoire. Une somme de 60 000 $ sera également consacrée à la mise en valeur de l’ancienne chapelle sise au 31, rue Principale pour en faire un lieu d’accueil touristique à portée historique et culturelle. On lui accorde aussi 17 300 $ pour qu’elle puisse aménager les Sentiers Milton, un tronçon qui reliera la municipalité au réseau cyclable de la MRC.

Le maire de Sainte-Cécile-de-Milton, Paul Sarrazin, qui est aussi préfet de la Haute-Yamaska, a toutefois tenu à écarter toute apparence de favoritisme. Rappelant que le comité de sélection était bénévole et apolitique, il s’est réjoui de voir ces trois projets soutenus par le Fonds. « On tenait beaucoup à les réaliser. On a bien fait de les soumettre, car ils ont été très bien accueillis par le comité. »

La municipalité de Roxton Pond profitera pour sa part de 60 000 $ pour la construction d’un pavillon à vocation socio-économique d’une valeur évaluée à près de 200 000 $.

Le Centre d’action bénévole de Granby pourra quant à lui disposer d’un soutien de 50 000 $ pour revoir son service de Popote roulante à Granby, Roxton Pond, Saint-Alphonse-de-Granby et Sainte-Cécile-de-Milton.

Finalement, le démarrage de la Coalition Impact de rue sera facilité par un coup de pouce de 16 450 $. En activité depuis mai dernier, l’organisme est en voie d’être reconnu officiellement. « On souhaite idéalement offrir le service de travail de rue dans toute la Haute-Yamaska. Pour ce faire, on veut consulter les municipalités pour connaître leurs besoins », indique la coordonnatrice, Elsa Carlier.

Samuel Gosselin de la MRC de La Haute-Yamaska fait remarquer que le Fonds de développement agit comme un effet de levier sur ces projets qui ont un impact direct sur les communautés. « Sans ce Fonds, plusieurs projets n’auraient pas vu le jour », affirme-t-il.

Projet scolaire concret

Le lieu choisi pour le dévoilement vendredi des projets retenus — l’école primaire de Roxton Pond — n’était pas le fruit du hasard. Dans la classe de 5e année de François Perras, les élèves ont pris part en octobre dernier à l’activité « J’adopte un cours d’eau », organisée par la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (FSÉTHY), qui avait elle-même reçu 10 000 $ du Fonds de développement 2017-2018.

Comme d’autres classes de la Haute-Yamaska, celle de Roxtond Pond a ainsi eu l’occasion de se rapprocher d’un milieu naturel de proximité. Dans son cas, les jeunes ont pu découvrir de près la rivière Mawcook, à travers divers tests sur l’oxygénation, la dureté, la température et la turbidité de l’eau, notamment, ainsi que la cueillette de macroinvertébrés et la plantation d’arbustes. Les résultats ont été collectés, puis partagés dans une banque provinciale de données. Qualifié de précaire, l’état de la rivière Mawcook à cet endroit a convaincu les enfants de l’importance « de continuer d’en prendre soin ».

Samuel Gosselin n’a pas confirmé si le Fonds allait être renouvelé l’an prochain ; il a néanmoins invité les organismes à soumettre leurs idées à la MRC dans l’éventualité où de nouvelles enveloppes seraient disponibles.