Plus de 150 personnes ont pris part à la seconde marche du Grand défoulement.

Fondation québécoise du cancer: un nouveau record pour le Grand défoulement

La seconde édition du Grand défoulement organisé par la Fondation québécoise du cancer a permis d’amasser plus de 32 300 $, samedi soir. Il s’agit d’un nouveau record pour l’organisation.

Malgré la pluie, plus de 150 personnes ont pris part à la marche dont le départ et l’arrivée se faisaient au parc Daniel-Johnson. Il s’agit d’une diminution de quelques dizaines de personnes en comparaison avec la première année.

Seuls, en famille ou en équipe, les participants ont permis d’amasser près de 4000 $ supplémentaire cette année.

« Il y avait beaucoup d’engouement dès la première édition et hier soir également. Je pense que les gens qui étaient présents étaient là pour les bonnes raisons », assure Myriam Beaulé, directrice du centre régional et de l’hôtellerie de l’Estrie pour la Fondation québécoise du cancer, jointe dimanche matin par La Voix de l’Est.

Cette dernière a reconnu que la pluie a pu décourager quelques participants. « Je pense que pour plusieurs c’était naturel d’être là. Quand on est conscients des étapes auxquelles font face les personnes touchées par le cancer, ce n’était pas bien difficile de devoir affronter la pluie. »

Un peu avant la marche, Jeannine Tessier, une résidente de L’Avenir, au Centre-du-Québec, tenait le même discours.

« J’ai accompagné ma belle-sœur dans le processus de traitement de son cancer et après avoir compris tout ce qu’elle a enduré, ce n’est pas grand-chose pour moi d’aller marcher sous la pluie », assure tout sourire la participante.

Un peu plus loin se tenait le clan Beaulieu venu accompagner Marie-Claude Beaulieu pour qui la rémission de son cancer du sein approche.

« Une marche comme celle de ce soir, c’est l’une des rares choses que l’on peut faire en gang, qu’on peut partager, lorsqu’on a le cancer. Même si les gens t’entourent, tu es souvent seul avec ta maladie, particulièrement après les traitements », souligne Marie-Claude Beaulieu.

La campagne s’invite

Il n’y avait pas que des personnes atteintes du cancer. Quelques candidats politiques de la circonscription de Shefford se sont également invités à la marche afin de soutenir l’organisme et rencontrer les participants.

« J’ai moi-même été en contact très jeune avec le cancer après avoir perdu mon grand-père et ma grand-mère alors que j’avais 4 et 9 ans. C’est une très belle organisation et je tenais à être ici pour encourager les bénévoles et les participants », souligne Andréanne Larouche, candidate pour le Bloc québécois.

Pierre Breton, qui avait également pris part à la marche l’an dernier, tenait aussi à être de la partie samedi soir.

« Lorsque le projet s’est mis en place l’an dernier, j’ai été l’une des premières personnes que l’organisme a rencontrées », rappelle-t-il.

Pour la candidate conservatrice Nathalie Clermont, la marche avait une signification toute particulière. « J’ai moi-même été atteinte d’un cancer du sein il y a deux ans. J’ai moi aussi fait face aux moments d’angoisses et d’incertitudes. J’avais une assurance et ça m’a permis de passer des examens au privé. J'ai quand même reçu tous mes traitements dans le système public et j'ai pu constater que le système est bien fait », estime-t-elle.

Massothérapie

Pour la Fondation québécoise du cancer, il est tout naturel d’organiser le Grand défoulement à Granby.

« Les citoyens de la Haute-Yamaska sont les plus nombreux à bénéficier de nos services d’hébergement. Il y a également un grand nombre de bénévoles impliqués dans l’organisation qui demeurent à Granby. D’ailleurs, une partie de l’argent demeure dans la région et permet de financer le service de massothérapie du centre hospitalier de Granby destiné aux personnes atteintes du cancer.