Élaine Beaudoin (au centre), coprésidente de l’initiative, annonce que 2 868 457 $ ont déjà été recueillis dans le cadre de la campagne de financement 2018-2022 de la Fondation BMP, dont l’objectif est d’amasser 5 M$ au total.

Fondation BMP: un objectif de 5 millions $ sur 5 ans

La Fondation Brome-Missisquoi-Perkins souhaite amasser cinq millions de dollars sur cinq ans afin de réaliser trois projets majeurs : le déplacement de la clinique d’orthopédie, l’ajout d’une nouvelle salle de chirurgie au bloc opératoire, et l’acquisition, entre autres, de moniteurs cardiaques pour les urgences. Toute la communauté est sollicitée, sans oublier les médecins.

Les trois grands projets de l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP) ont été identifiés par les équipes médicales elles-mêmes, selon Mario Lagimonière, président du CA de la Fondation BMP. « Ce sont les médecins et le personnel qui nous donnent le OK pour les projets, précise-t-il. On a une chimie qu’on retrouve, je pense, très peu ailleurs. Les gens collaborent de manière énorme. »

Les services techniques de la clinique d’orthopédie seront ainsi relocalisés au rez-de-chaussée, près de l’entrée principale de l’hôpital, et quitteront le sous-sol, où des consultations auront cependant encore lieu, indique le Dr Pierre Duval, orthopédiste. « On espère garder le concept élargi de clinique musculo-squelettique, soit une adresse unique où on peut avoir l’orthopédie, mais aussi la physiatrie et un médecin de famille spécialisé en musculo-squelettique », ajoute Dr Duval. Les nouveaux locaux permettront ainsi de bonifier l’offre de soins aux patients.

La nouvelle salle de chirurgie sera pour sa part destinée aux cas majeurs, selon Dr Duval, et « aura aussi une fonction dans la gestion des urgences ». L’hôpital BMP se retrouvera ainsi doté de quatre salles de chirurgie au total.

L’argent recueilli servira enfin à faire l’acquisition de nouveaux équipements, parmi lesquels 16 nouveaux moniteurs cardiaques seront destinés au Service des urgences.

Rôle des fondations

Si le système de soins de santé au Québec est public, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS reconnaît l’importance qu’ont les 21 fondations sur son territoire dans le but d’améliorer les services hospitaliers.

Quand l’argent n’est pas disponible du côté du gouvernement, celui amassé par la communauté fait souvent la différence. « C’est un levier qui permet d’accélérer la réalisation [des projets] », explique Jacques Fortier, président du CA du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La Fondation BMP prévoit d’ailleurs financer 75 % des trois projets identifiés, grâce à la campagne de financement 2018-2022. Le nouveau pavillon d’oncologie, celui des naissances et la clinique des chirurgies externes ont pu voir le jour ces derniers mois également grâce à une contribution de 75 % de la Fondation.

Aujourd’hui, la mobilisation de la communauté est nécessaire pour que l’hôpital continue à se développer. « C’est un travail d’équipe. Dans la nouvelle structure de soins au Québec [avec l’arrivée des CIUSSS et CISSS en 2015], les fondations jouent un rôle fondamental pour garder les hauts standards de soin dans nos hôpitaux, précise Dre Elizabeth Racine, médecin de famille à Bromont et à l’hôpital BMP depuis plus de 25 ans. On a démontré avec le réaménagement du pavillon d’oncologie que quand la Fondation va déjà chercher une grande partie de dons dans la communauté, après ça, le CIUSSS vient compléter l’offre. »

M. Lagimonière rappelle qu’en 2015, des projets avaient dû être mis sur la glace à cause de la restructuration des services de santé au Québec. La communauté s’était alors mobilisée autour de la Fondation, dit-il. « La Fondation est devenue le fer de lance de la région pour que les projets aillent de l’avant. »

DÉJÀ 2 868 457 $ AMASSÉ JUSQU’À MAINTENANT

Cette campagne de financement est bien partie puisque près de trois millions de dollars ont déjà été recueillis. Des entreprises, des individus, mais aussi des médecins y contribuent. 

Les médecins de famille sont particulièrement actifs dans cette collecte de fonds. « J’ai douze médecins qui m’épaulent pour faire de la sollicitation auprès des médecins de famille sur le territoire [NDLR : il y en a 75 au total dans Brome-Missisquoi]. En quelques semaines, on a déjà amassé 60 000 $, alors j’espère qu’on va dépasser les 100 000 $ d’ici les trois à six prochains mois », indique Dre Elizabeth Racine, médecin de famille à Bromont et à l’hôpital BMP. 

Dre Racine en a profité pour lancer un défi à ses collègues spécialistes. « On espère que les médecins spécialistes vont embarquer encore plus, dit-elle tout sourire. [...] Eux n’ont pas de frais de pratique — ils n’ont pas de local, n’engagent pas d’employés, comparativement aux médecins de famille qui investissent 15 à 20 % de leurs revenus dans leur clinique —, alors on espère qu’ils vont investir le même pourcentage de leurs revenus dans leur hôpital. Je pense qu’ils sont capables. »

Dre Racine souligne que la communauté médicale de Brome-Missisquoi est très attachée à son hôpital. « On apprécie beaucoup que l’hôpital soit à échelle humaine et de proximité, indique Dre Racine. On connaît nos collègues spécialistes, on connaît le personnel de l’hôpital, et pour nous [les médecins de famille], c’est un gros avantage de pouvoir prendre le téléphone, de discuter d’un cas, de référer rapidement. C’est un avantage pour l’efficacité de nos soins et pour nos patients. »