Hugo Gazaille poursuit son virage vert dans son supermarché en abolissant les sacs de plastique. La mesure entre en vigueur le 1er novembre.

Fini les sacs de plastique au IGA Gazaille à Granby

Les clients du IGA Gazaille de la rue Denison, à Granby, l’ont probablement déjà remarqué. Dès le 1er novembre, il ne sera plus possible d’obtenir de sac de plastique pour emballer ses articles d’épicerie, est-il annoncé sur des affiches qui ont été installées il y a une semaine.

« Je voulais accentuer mon virage vert parce que ça fait un bon bout de temps qu’on fait des choses en magasin pour réduire le gaspillage, autant alimentaire que le papier et d’autres déchets, explique en entrevue Hugo Gazaille, copropriétaire de l’épicerie familiale. On se donne trois mois pour donner le temps aux gens d’absorber le changement. »

Et la majorité des commentaires sont positifs.

Cela fait plus de dix ans que M. Gazaille est conscientisé à l’environnement par sa conjointe. Il y a bientôt dix ans, la famille a acquis le marché d’alimentation de la rue Denison et, de plus en plus, des changements sont apportés par Hugo Gazaille pour rendre celui-ci le plus vert possible. M. Gazaille gère l’adresse de Granby, tandis que sa sœur et leurs parents s’occupent respectivement des commerces de Magog et de Lac-Brome.

Impact direct

Jusqu’à présent, l’impact était mineur, voire même invisible pour les clients. Sacs biodégradables pour les fruits et légumes, recyclage du carton et du film de plastique qui sert à emballer les palettes de nourriture dans l’entrepôt, le moins d’impressions possible, par exemple, sont des mesures prises au fil des ans par l’équipe. Même au niveau des fruits et des légumes, il y a peu de perte puisque les fruits moins beaux sont utilisés autrement, soit dans les fruits et légumes coupés ou le prêt-à-manger. SOS Dépannage récupère également quotidiennement les produits de boulangerie et de prêt-à-manger qui ne peuvent plus être vendus.

L’abolition des sacs de plastique non biodégradables aura cette fois-ci un impact direct sur les consommateurs. Pour aider ces derniers à s’y préparer, M. Gazaille applique un rabais sur les sacs réutilisables jusqu’au 1er novembre.

Il continuera par ailleurs à fournir les boîtes de carton, au besoin, et à vendre des sacs de papier. Cependant, même s’ils se dégradent rapidement, les sacs de papier ont un impact élevé sur l’environnement lors de leur fabrication, rappelle le propriétaire.

Suivre la vague

Une employée et des clients avaient demandé à Hugo Gazaille quand ce changement allait être apporté. Il a pris sa décision il y a quelques semaines et son équipe a posé des questions à leurs collègues du IGA Lambert, à Bromont, pour savoir ce qui a bien été et ce qui était à corriger. Il emboîte ainsi le pas du IGA et du Metro de Bromont qui ont déjà aboli les sacs de plastique. Rappelons que la Ville de Bromont a également adopté un règlement bannissant tous types de sacs de plastique dans les commerces de la municipalité dès le 1er novembre.

À LIRE AUSSI : Vers une interdiction des sacs de plastique à Bromont

Il est conscient que ce virage mettra de la pression sur les autres grandes épiceries de Granby et pourrait provoquer un effet boule de neige.

Mais, « dans cinq ans, on n’en parlera plus, croit-il. Ça va être rendu anodin et normal. On va être ailleurs. Le mouvement est enclenché depuis longtemps pour les sacs réutilisables, mais l’abolition des sacs de plastique, ça a commencé à Montréal il y a quelque temps ».

Autres mesures vertes

M. Gazaille ne s’arrêtera pas là. Il rencontrera bientôt une dame de Bedford qui travaille pour un distributeur d’ustensiles et de vaisselles compostables.

« Je veux remplacer tous les ustensiles de plastique qu’on donne aux clients. Dans le temps, j’avais les cuillères, les fourchettes et les couteaux lousses pour les clients. Puis là, il était question de contamination, on les a donc tous emballés individuellement dans du plastique. Personne ne tombait malade avant, mais l’hygiène a pris le dessus et c’est devenu la norme. Je vais revenir à des ustensiles lousses. »

Ces ustensiles seront biodégradables, de même que les contenants dans lesquels sont vendus les repas chauds. Les pailles de plastique, quant à elle, ne sont plus fournies au comptoir des repas comme ce l’était auparavant.

S’il est réélu, le gouvernement Trudeau compte adopter une loi qui interdira le plastique à usage unique à partir de 2021. Une bonne nouvelle, estime M. Gazaille, qui poussera les fabricants à imaginer des alternatives vertes.

Vrac

Du côté du département des fruits et légumes, il y aura aussi un virage vers le vrac à moyen terme, à l’exception de quelques légumes, comme les fèves germées pour éviter d’en retrouver partout.

« Il y a quelques années, on était au vrac, mais il y avait du gaspillage. Les gens ne font pas attention et en mettent un peu partout, remarque l’épicier. On était obligé de jeter des aliments à la poubelle. On a commencé à faire des emballages. Ça réduisait le gaspillage. Alors on est rendu entre deux batailles. Si je n’emballe plus mes piments, ils durent une semaine ou moins. Si je les emballe, ils durent trois semaines parce qu’ils sont moins altérés par la manipulation et la fraîcheur est conservée. »

Polystyrène

Les clients pourront éventuellement arriver à l’épicerie avec leur plat de vitre, étanche, pour acheter leur viande et ainsi éviter l’utilisation de styromousse et de film plastique. Un projet pilote est en cours dans quelques IGA, même si Metro a déjà adopté la méthode au Québec.

La chaîne commence de plus à ramasser le polystyrène dans ses franchises et ses succursales pour le recycler.

« Ce n’est pas tous les magasins, précise M. Gazaille. Je me suis mis sur la liste d’attente. On est 288 magasins IGA au Québec et il y en a peut-être 40 qui sont sur le projet. C’est très intéressant. Ça prend de la place dans mes poubelles », en plus de ne pas se recycler.

« J’adore où on est présentement et le virage que ça provoque. C’est la vitesse grand V. C’est pas juste les sacs, c’est aussi les ustensiles, les assiettes, l’emballage dans les fruits et légumes. Tout ! C’est un gros paquebot, mais il vire vite de bord. »