Val-des-Cerfs veut offrir tous les niveaux dans chacun de ses trois établissements secondaires et réserver le programme d'éducation internationale à l'école l'Envolée (photo).

Fini les écoles secondaires de cycle à Granby?

À l'année scolaire 2018-2019, les trois écoles secondaires publiques de Granby offriront chacune les cinq niveaux, de la première à la cinquième année, tandis que le programme d'éducation internationale sera réservé à l'Envolée.
C'est du moins ce qu'envisage la commission scolaire du Val-des-Cerfs, qui a adopté à l'unanimité un « avis d'intention » à cet effet à son assemblée des commissaires, mardi soir. Elle enclenche ainsi un processus d'information et de consultation qui sera mené auprès des employés et de la population. 
L'idée fait son chemin depuis quelques années. Val-des-Cerfs est l'une des dernières commissions scolaires à avoir encore des « écoles de cycle ». L'école l'Envolée dispense présentement les deux premières années du secondaire et Joseph-Hermas-Leclerc, les trois dernières. Toutes deux offrent aussi le programme international.
La pédagogie par cycle « a été reléguée aux oubliettes par la presque totalité des commissions scolaires », indique le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine. « L'idée était de concentrer les services et la clientèle d'un même groupe d'âge. Là, on s'ouvre sur l'hétérogénéité, jeunes avec plus vieux, comme dans la société. » De son côté, l'école de la Haute-Ville accueille déjà des élèves de la 1re à la 5e année du secondaire.
Concentration
On voit plus d'avantages à ce que les élèves qui le souhaitent fassent tout leur parcours au même endroit. « Comme ça, on s'assure de leur développement dès leur arrivée, dit M. Racine, et la continuité devient plus facile. » Les concentrations comme les arts ou le football bénéficieraient d'un plus grand bassin d'intéressés, et d'autres spécialités pourraient faire leur apparition.
Réserver le programme d'éducation internationale à une seule école secondaire permettrait aussi de concentrer les ressources. De plus, la commission scolaire économiserait sur les frais de certification au réseau des écoles internationales, qui s'appliquent pour chaque établissement. 
Une économie toutefois annulée par ce qu'il en coûtera pour aménager des laboratoires de science et garnir la bibliothèque pour les futurs élèves de 3e, 4e et 5e année à l'Envolée. La bibliothèque de 
J.-H.-Leclerc devra aussi être bonifiée pour servir sa nouvelle clientèle.
Croissance
La croissance démographique et le développement domiciliaire font en sorte que toutes les écoles secondaires de Granby connaîtront une hausse de fréquentation. « On aura entre 200 et 300 élèves de plus par année au cours des prochaines années », dit M. Racine. Plusieurs écoles primaires sont d'ailleurs pleines.
« On veut avoir la meilleure offre de services éducatifs pour notre clientèle, entre autres pour contrer le décrochage, ajoute-t-il. Ça vaut la peine de consulter la population sur le sujet. »
« On a un an pour bien attacher ça et rencontrer les gens », dit le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin. Selon Éric Racine, les employés des écoles secondaires ont aussi démontré de l'intérêt à revoir leur projet pédagogique « mais rien n'est canné ». « On amorce la réflexion. »
Reste à voir si l'école l'Envolée changera de nom. Avec cinq niveaux de secondaire, il ne s'agira plus d'un envol...
Tâche alourdie?
Au Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska, le président Éric Bédard voit plusieurs « complications » à l'idée que les trois écoles secondaires de Granby offrent tous les niveaux. Il estime que les enseignants devront donner des cours de plusieurs niveaux en même temps, ce qui alourdira leur tâche et « pendant ce temps-là, ils ne sont plus disponibles pour d'autres activités ». Et il sera difficile d'établir des grilles horaires pour un nombre plus restreint d'élèves, ce qui compliquera aussi le travail au niveau administratif. Pascal Faucher