Pascal Bonin a décidé de mettre fin à ces rencontres mensuelles avec les citoyens­, car elles n’étaient plus aussi courues qu’il y a quatre ans, lors de leur mise sur pied.

Fin des Samedis matins du maire Bonin

Terminés, les Samedis matins du maire de Granby. Pascal Bonin a décidé de mettre fin à ces rencontres mensuelles avec les citoyens, car elles n’étaient plus aussi courues qu’il y a quatre ans, lors de leur mise sur pied.

« J’ai le désir de mieux informer et de mieux communiquer avec la population. Mais je pense que ça passe par d’autres outils que les Samedis du maire parce que je rejoignais juste une portion infime de la population, alors que, comme maire, je cherche à rejoindre monsieur et madame Tout-le-monde chez eux. Plus ça allait, plus on passait dans le beurre », a reconnu le maire Bonin mardi.

Si certaines rencontres ont connu une belle popularité, surtout dans les mois qui ont suivi leur mise en place dans la foulée de l’élection de Pascal Bonin à la mairie en 2013, les citoyens se sont toutefois faits plus rares au cours de la dernière année. À peine une dizaine de personnes étaient présentes à chacun des trois derniers rendez-vous, calcule-t-il.

« L’apogée, ça a été lors des portes ouvertes organisées dans les locaux de Granby Industriel. Il y avait plus de conseillers municipaux que de citoyens. On avait mis beaucoup d’énergie. On avait mobilisé des gens, mais il n’y a pas eu cinq citoyens », déplore le maire Bonin.

« Je n’ai reçu aucune demande, aucun commentaire pour en faire d’autres [rencontres] depuis six mois [...] Il faut comprendre que le format et la chose ont été épuisés. On avait besoin de rentrer en contact avec les citoyens, on l’a fait », ajoute-t-il.

Nouveau contenant
Cela dit, Pascal Bonin n’y voit pas là un désaveu. Il assure être toujours guidé par « l’idéologie » qui l’a incité à aller à la rencontre des citoyens les samedis matins. « L’idée, c’était de prendre le pouls de la population et de parler des projets. Mais l’outil qui était utilisé, ce n’est plus celui-là qu’on doit prendre pour rejoindre l’ensemble », croit-il.


«  Il faut comprendre que le format et la chose ont été épuisés. On avait besoin de rentrer en contact avec les citoyens, on l’a fait.  »
Pascal Bonin

Le maire affirme notamment avoir entrepris d’être encore plus présent, dans le mandat actuel, lors de différentes activités et événements à caractère sportif, culturel et communautaire. Cela lui permet ainsi d’être branché sur les citoyens, dit-il.

Mais un autre « outil » a aussi été mis en place, alors que le traitement des dossiers par les conseillers municipaux et leur présentation au public ont été revus au cours des derniers mois. Les résultats de cette révision pourraient d’ailleurs être perceptibles dès la prochaine séance ordinaire du conseil, en avril.

« Il va y avoir une transformation de la façon dont les séances du conseil sont présentées. Le contenant change complètement. Je pense qu’on s’en va vraiment ailleurs », dit Pascal Bonin.

Celui-ci évite pour le moment d’entrer dans les détails, mais il estime que les nouveautés mises en place aideront en premier lieu les conseillers à prendre leurs décisions sur les différents dossiers. Mais elles permettront aussi aux citoyens de « se faire une tête beaucoup plus facilement sur les enjeux ».

« Ça va aider les discussions et permettre de construire des choses. Le nerf de tout ça, c’est de construire et d’être positifs », estime le maire Bonin.

Communiquer
Ces modifications s’inscrivent en quelque sorte, selon Pascal Bonin, dans la foulée de la refonte de la publication « Granby, vous informe » et la diffusion des séances du conseil sur Internet. Cela permettra ainsi aux citoyens d’avoir accès à « un autre type d’informations qui ne leur a jamais été proposé », dit-il en soulignant que cela rejoint en outre l’esprit des « villes intelligentes ».

« L’objectif a toujours été le même fondamentalement: c’est le désir de communiquer et de travailler ensemble », renchérit par ailleurs le maire.