Le maire Pascal Bonin a refusé de donner raison au citoyen, affirmant s'être déplacé à plusieurs reprises pour vérifier l'ampleur du problème.

Feux en plein air: les esprits s'échauffent au conseil

Les feux en plein air ont de nouveau provoqué des étincelles hier soir à la séance du conseil municipal de Granby. Le sujet a monopolisé une bonne partie de la période de questions qui s'est étirée sur plus d'une heure, alors qu'elle est habituellement de 30 minutes.
Le débat a été lancé par un citoyen qui, fort d'informations sur le caractère nocif des feux extérieurs, a voulu connaître la volonté du conseil municipal de réglementer en la matière. Mais les discussions ont une fois de plus dérivé sur la nuisance que représenteraient les feux du Camping Granby.
Le sujet avait déjà provoqué quelques flammèches en mai dernier entre le maire Pascal Bonin et le conseiller Pierre Breton. Ce dernier avait alors fait une sortie inattendue lors d'une séance du conseil pour affirmer que les feux du Camping peuvent être une nuisance et inciter les citoyens à déposer une plainte au service de police si ce devait être le cas. Le maire avait plutôt fait valoir que les campeurs ont le droit de faire un feu.
André Landry, un résidant de la rue Bauhaus, près de la rue Robitaille, a récemment porté plainte. «On est obligés de faire rentrer la visite parce que les feux du camping nous empestent», a-t-il déploré hier soir.
Mais le maire Bonin a refusé de lui donner raison, affirmant s'être déplacé à plusieurs reprises pour vérifier l'ampleur du problème. «L'odeur est plus forte au centre-ville que chez-vous», a-t-il affirmé au citoyen.
Tous les détails dans notre édition de mardi