Le dossier du Cercle des Cantons a franchi une étape cruciale mardi, lors de la séance du conseil. Les élus ont alors donné leur aval à la phase 5 du projet domiciliaire.

Feu vert des élus pour la 5e phase du Cercle des Cantons

Le promoteur du Cercle des Cantons à Bromont, Groupe Lobato, pourra aller de l’avant avec la prochaine phase du projet domiciliaire de 40 unités. Après des mois de tractations, les élus ont donné leur aval en ce sens mardi lors de la séance du conseil.

C’est avec enthousiasme que le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a abordé ce moment charnière dans le dossier de longue haleine. « Je pense que l’on est allés au maximum dans le dossier. Tout le monde a fait sa job, incluant les résidants du secteur. Quand j’étais conseiller municipal, j’avais demandé aux citoyens de mon quartier de se mobiliser parce que pour la suite, je calculais qu’il fallait être prudents. Ce qu’ils ont fait. De notre côté, on a étudié le projet sous tous les angles. Et maintenant, on peut avancer. »

Or, pas question de « donner un chèque en blanc au promoteur », a imagé Louis Villeneuve. La Ville prévoit plusieurs mesures pour assurer un suivi serré dans le dossier. « Il y aura un ingénieur forestier choisi par la Ville, à la charge du développeur, qui sera là avant et pendant la construction », a-t-il cité en exemple. À cela s’ajoute une série de dépôts de garantie assortie d’amendes en cas de non-respect de l’entente et des règlements.

Couvert boisé
Rappelons que les élus avaient rejeté, lors de la séance du conseil du 5 juin 2017, la demande de modification du projet déposé par le promoteur. « Selon un des critères du PIIA [Plans d’implantation et d’intégration architecturale, NDLR], les bâtiments devraient être implantés en respectant les constructions voisines tout en favorisant un dégagement à son pourtour pour le maintien du couvert boisé. [...] L’implantation devrait être réfléchie en fonction de la protection des paysages, du maintien de la topographie naturelle et de la qualité de l’environnement. » Il s’agissait de quelques-unes des inquiétudes de nombreuses personnes habitant au sein du Cercle des Cantons. D’ailleurs, la levée de boucliers du comité de résidants avait également pesé dans la balance, forçant Groupe Lobato à retourner à la table à dessin.

À ce chapitre, les élus jugent que le promoteur a fait ses devoirs. La plus récente mouture du plan présentée à la municipalité répond aux critères du PIIA et la conservation du couvert boisé est supérieure à la version initiale, approuvée par le conseil en 2006, estiment-ils. De plus, l’architecture des habitations (quatre logements) de la phase 5 s’intègre bien au milieu et respecte la topographie du site.

Par ailleurs, Groupe Lobato devra se conformer au règlement de zonage, qui interdit l’abattage d’arbres à moins de cinq mètres de la piste multifonctionnelle, située à proximité du projet domiciliaire. Les élus se disent en faveur des phases 6 à 9. Le promoteur devra toutefois fournir des informations supplémentaires avant que le conseil donne le feu vert à leur réalisation.

Soulagement
C’est avec beaucoup de scepticisme que le comité de citoyens a accueilli la décision du conseil. « On n’a presque pas eu de gains, malgré notre dossier très étoffé », a répété Marie-Claude Marchand, membre du groupe. Ces résidants prédisent qu’il y aura beaucoup de déboisement de fait par le promoteur du Cercle des Cantons.

De son côté, José Lobato, s’est dit soulagé du dénouement de ce long bras de fer. « En arrivant, on a dérangé un peu, c’est vrai, concède-t-il. Mais c’est un soulagement, [car] ça prend beaucoup de travail pour mener à terme un projet comme ça. Encore plus quand il faut se battre avec les citoyens. Maintenant, on regarde vers l’avant. »