La Ville de Granby a donné le feu vert à la construction d’une tour d’habitation de huit étages rue de la Lobélie.
La Ville de Granby a donné le feu vert à la construction d’une tour d’habitation de huit étages rue de la Lobélie.

Feu vert à la construction d’une tour de huit étages près du lac Boivin

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le projet avait été envisagé en 2013, puis abandonné. Cette fois-ci, la construction d’une tour d’habitation de huit étages au bout de la petite rue de la Lobélie, près du lac Boivin, semble vouloir se réaliser. Même si plusieurs d’entre eux ont des réticences, les élus ont donné le feu vert à l’émission du permis de construction lundi soir.

Deux demandes de dérogations mineures soumises dans le cadre de ce projet, ainsi que l’octroi d’un certificat d’autorisation pour des travaux de déblai et de remblai, ont aussi reçu l’aval d’une majorité d’élus, lors de la séance du conseil.

Les conseillers municipaux, Jean-Luc Nappert, Catherine Baudin et Julie Bourdon, ont cependant manifesté leur opposition.

«Je sais que c’est un peu un coup d’épée dans l’eau puisque ça [le zonage permettant des immeubles de huit étages dans le secteur] a été accepté à l’époque, mais je vais voter contre», a déclaré M. Nappert.

Non seulement le site visé pour la construction de l’immeuble de 86 logements par le promoteur bromontois François Brunelle est situé près d’un milieu humide, mais le projet «ne cadre pas avec le paysage qu’on veut se donner et conserver du lac Boivin», a souligné l’élu.

Vote différent

Son homologue à la table du conseil, Stéphane Giard, a toutefois fait valoir que le «débat» ne portait pas sur l’autorisation de construire des immeubles de huit étages dans ce secteur. La Ville avait déjà donné le feu vert à l’érection de trois tours de condos de cette hauteur en 2013. Le projet, piloté à l’époque par un promoteur ukrainien, avait par ailleurs fait couler beaucoup d’encre et avait été à l’origine d’une levée de boucliers des résidants du voisinage.

Le projet de la rue de la Lobélie n’a pas fait l’unanimité à la table du conseil municipal de Granby.

«On ne peut pas revenir en arrière sur ce fait-là. Présentement, on votait plus sur le stationnement et d’autres aspects d’aménagement. C’est sûr que si le conseil actuel avait à refaire le vote de 2013, il aurait peut-être été pareil ou différent. Mais on vit avec les décisions qui ont été prises et on doit les honorer», a souligné M. Giard.

Le maire Pascal Bonin est toutefois plus catégorique. Selon lui, le projet aurait «probablement été refusé», si le conseil municipal actuel avait eu à se prononcer sur la construction d’immeubles de huit étages à cet endroit, situé près de la rue de l’Iris. «L’environnement a pris une proportion différente au cours des années», dit-il.

«Je pense qu’une partie du conseil municipal voulait démontrer que ce n’est pas un projet qui plaît. C’est un projet qui dérange dans la fonction verte de notre municipalité, où on est rendu en 2020. Mais les demandes actuelles n’étaient pas pour le zonage, mais pour des dérogations mineures sur certains points, comme le nom le dit, très mineurs du projet», affirme le maire.

Conseiller municipal à l’époque, Pascal Bonin s’était d’ailleurs opposé à la décision prise en 2013.

Dans les faits, le zonage permet les tours de huit étages dans le secteur depuis 1987. En permettant la construction de trois tours plutôt que cinq il y a sept ans, les élus avaient plutôt tenté de trouver un consensus entre les désirs des citoyens et ceux du promoteur.

Consolation

Selon Pascal Bonin, «s’il y a une consolation à avoir», c’est que le projet est plus «restreint» qu’en 2013. Ce ne sont pas trois tours à logements qui sont envisagées, mais bien une seule. L’ajout d’autres phases ne semble pas être envisagé, dit-il.

Après le désistement du promoteur ukrainien en 2014, le terrain, propriété du Groupe Avery Robert avait été remis à vendre. Deux immeubles de quatre étages ont par ailleurs été construits rue de la Lobélie au cours des dernières années.

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires du promoteur lundi soir.