On voit ici une esquisse du pavillon du parc des Sommets, qui doit être érigé d’ici la fin de 2021 sur un site à proximité du chemin des Carrières à Bromont.
On voit ici une esquisse du pavillon du parc des Sommets, qui doit être érigé d’ici la fin de 2021 sur un site à proximité du chemin des Carrières à Bromont.

Feu vert à la construction du pavillon du parc des Sommets

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Le projet de construction du pavillon du parc des Sommets pourra aller de l’avant. Les élus ont officiellement donné le feu vert, lundi, à l’octroi du contrat au plus bas soumissionnaire.

Comme ce fut récemment le cas pour le projet de vélodrome intérieur à Bromont, la facture du pavillon du parc des Sommets dépassera les estimations budgétaires.

En fait, le budget avoisinait le million de dollars. Les propositions des trois soumissionnaires sont toutefois bien au-dessus de cette somme. Le contrat a été accordé à Comco entrepreneurs en bâtiment pour le montant de près de 1,4 million de dollars, incluant les taxes. Le second, Construction Désourdy, pourrait construire le pavillon pour environ 1,5 million de dollars, tandis que l’offre la plus élevée, qui provient de Rénovations Alexandre Léveillé, se rapproche de 1,7 million de dollars. «Il y a eu une saine compétition, a mentionné le directeur général de la municipalité, Éric Sévigny. Si on avait eu un seul soumissionnaire, ça nous aurait possiblement forcés à retourner en appel d’offres pour avoir la certitude d’avoir le meilleur prix.»

Selon Éric Sévigny, la conjoncture liée à la pandémie a une grande incidence sur le montant à débourser. «Le prix du bois a monté. Il y a aussi une certaine rareté de la main-d’oeuvre en construction. Clairement, les coûts sont plus élevés que le budget que l’on avait au départ, a-t-il indiqué. Les délais liés au changement de site font en sorte qu’on paie pas mal plus cher que si l’on avait fait le pavillon l’an passé.»

Report?

Étant donné le contexte économique, la Ville a-t-elle pensé repousser le projet de quelques mois? «On a déjà demandé plusieurs délais aux bailleurs de fonds. On a quand même une obligation de terminer le projet d’ici la fin de 2021. Et on ne connaît pas non plus la durée de ce contexte de pandémie. On doit donc aller de l’avant», a mentionné le DG.

Notons que les subventions proviennent du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), Tourisme Cantons-de-l’Est, le ministère du Tourisme. La Ville doit également assumer une partie du budget. Un montant de 759 000$ sera notamment puisé à même le surplus accumulé.

Raccordement

En plus de se prononcer sur l’octroi du contrat de construction du pavillon, les élus ont également donné leur aval à son raccordement électrique. Une dérogation mineure pour permettre le branchement aérien entre la voie publique, soit le chemin des Carrières et le bâtiment était à l’ordre du jour. Les élus ont finalement refusé cette option. Les fils seront donc enfouis. «Pour une desserte souterraine, les coûts sont importants. Le conseil devait trancher. On parle d’une facture autour de 100 000$ [supplémentaire au budget]. (...) D’un autre côté, le paysage s’en trouve toujours un peu affecté lorsqu’il y a des fils aériens», a indiqué M. Sévigny.

Des lampadaires seront aussi ajoutés au projet initial, au coût de 31 500$.