La fête du Canada a rassemblé plusieurs familles à Lac-Brome, dimanche.

Fêter le Canada en famille

Knowlton avait le coeur en joie, dimanche, pour les traditionnelles célébrations entourant la fête du Canada. Les risques d'orages ont nécessité le report de l'activité familiale au 2 juillet.
La journée a débuté avec le défilé et la cérémonie d'ouverture au cours de laquelle le drapeau canadien­ a été hissé. 
« C'est extraordinaire d'être ici pour le 150e du Canada, a lancé le débuté libéral Denis Paradis durant la cérémonie, à laquelle assistaient une cinquantaine de personne. Brome-Missisquoi est un exemple de l'harmonie entre les communautés francophone et anglophone. On a un pays merveilleux où la paix, la démocratie et les valeurs canadiennes sont importantes. »
Aucun élément spécifique n'avait été prévu au programme pour souligner cet anniversaire particulier. Le drapeau a été hissé au son de l'hymne national, interprété par un orchestre et accompagné plutôt mollement­ par les convives.
Familial et traditionnel
Pour l'occasion, le parc des Lions s'était transformé en une immense aire de jeux avec structures gonflables, camions de restauration, voitures anciennes, mini-ferme et chapiteaux. 
« Knowlton, c'est très traditionnel, remarque l'organisatrice, Shelley Judge. On ne change pas beaucoup, on a juste ajouté quatre éléments­ différents. »
Un mandala géant a ainsi été réalisé, de nouvelles cantines se sont ajoutées, un atelier artistique en direct a été organisé et du bricolage­ a animé les jeunes.
C'est Martha Gomez, une bénévole membre du comité organisateur, qui s'est chargée de remplir l'horaire de la journée. « Les gens paient 5 $ au stationnement et après ça, ils peuvent se divertir sans dépenser de l'argent. C'est pour ça qu'il y a tant de familles : parce qu'elles n'ont pas besoin de toujours débourser. C'est une fête familiale très plaisante », observe-t-elle.
L'exposition canine amicale et ludique était d'ailleurs de retour, pour le plus grand plaisir des enfants. « C'est pour les enfants, alors il y a des prix par exemple pour le chien qui a la plus longue queue, le plus petit chien, les plus beaux yeux. On a 15 à 20 participants et on regarde ce qu'il y a à donner comme prix pour les enfants. »
L'équipe, composée d'une poignée de bénévoles - Mme Judge, Mme Gomez, Caroline et Tommy­ McGovern et Paul Girard -, compte par ailleurs sur l'apport important de la communauté. La Ville contribue un peu au budget global de 18 000 $, mais c'est la communauté qui, par des dons, permet à l'activité de se tenir d'année­ en année, souligne Mme Judge. 
« On a une communauté très généreuse, renchérit Mme Gomez. Un monsieur, par exemple, s'est installé pour faire toutes sortes de cafés et c'est contribution volontaire. Tous les dons nous reviennent à 100 %. On a un nouveau service de bar et le monsieur donne tous les profits pour la fête du Canada. »
L'événement devait culminer avec les feux d'artifice, à 22 h. Au moment d'écrire ces lignes, le spectacle pyrotechnique devait bel et bien avoir lieu.