Le directeur général de la Fête du chocolat de Bromont, Michel Bilodeau.

Fête du chocolat à Bromont : familles et épicuriens au coeur des célébrations

La Fête du chocolat soufflera ses 15 bougies cette année. Pour l'occasion, le public à la dent sucrée aura droit à un amalgame de valeurs sûres et de nouveautés. Fidèle à la tradition, l'événement se déroulera en deux temps, du 16 au 18 mai puis la fin de semaine suivante. La formule de 2014 sera mise au rancart. Les exposants ont donc rendez-vous à l'aréna, puis au campus Germain-Désourdy.
La Fête du chocolat a attiré près de 40 000 personnes à Bromont l'an dernier, en dépit d'une météo capricieuse. L'organisateur, Michel Bilodeau, souhaite franchir le cap des 50 000 visiteurs en 2015. Ainsi, il propose des activités à succès, comme les ateliers de cupcakes et la Tournée des chefs IGA, pour ne nommer que ceux-là. Une quarantaine d'exposants seront également de la partie.
M. Bilodeau veut toutefois mettre davantage le chocolat à l'avant-scène. «Je m'aperçois que la fête devient de plus en plus familiale. Ce n'est pas un défaut. Mais ça m'oblige à recentrer les activités pour trouver un certain équilibre, indique-t-il. Ce n'est pas une foire agroalimentaire. C'est facile de perdre son âme dans tout ça.»
Nouvelles tendances
Après 15 ans à chapeauter la fête gourmande, le propriétaire du Musée du chocolat veut amener le public à un autre niveau. «Je veux développer un aspect plus "épicurien" avec des conférences et des dégustations, dit-il. On a tous mangé du chocolat, mais est-ce qu'on en connaît toutes les facettes?»
Pour ce faire, il a notamment développé un espace «Bean-to-Bar», dédié à la rencontre de chocolatiers. «De plus en plus de gens transforment les fèves de cacao dans de petits ateliers. Ce sont des outsiders du domaine et, souvent, ils misent sur les produits équitables.»
Le public pourra également se divertir au rythme des nombreuses prestations musicales d'artistes locaux.
M. Bilodeau tient aussi à conférer une saveur écoresponsable à l'événement. En ce sens, il a conclu un partenariat avec Écotierra, un organisme sherbrookois spécialisé dans la réalisation de projets environnementaux. «On voudrait effacer le plus possible l'empreinte écologique de la fête. Par exemple, pour 50 000 visiteurs, ça coûterait environ 2000 $ pour compenser 30% en crédits de carbone. En fin de compte, l'argent servira au reboisement en Amérique du Sud.»
 Pour de plus amples renseignements à propos de l'événement, consultez le site lafeteduchocolatdebromont.com 
Tous les détails dans notre édition de mercredi