À la Maison des Familles, rue Saint-Charles Sud, les organisateurs ne s’attendaient pas à recevoir autant de curieux à la Fête des voisins, samedi. « On a manqué de hot-dogs ! », a même souligné Chloé Marois, qui est intervenante pour l’organisme­.

Fête des voisins: un moment précieux pour le quartier

Après 12 ans à tisser des liens entre membres d’une communauté, la Fête des voisins de Granby demeure tout aussi attendue. Plus d’une vingtaine de rencontres de voisinage ont pris forme à Granby, samedi, donnant un beau prétexte aux citoyens d’un même quartier pour fraterniser.

Que ce soit l’occasion de s’arrêter quelques minutes pour saluer ses concitoyens ou pour s’amuser en famille une bonne partie de la journée, la Fête des voisins a de nouveau interpelé des centaines de Granbyens.

Dans le quartier du boulevard de l’Estrie, à un jet de pierre du lac Boivin, une vingtaine de résidants s’étaient réunis en début d’après-midi, simplement pour discuter.

« C’est la septième ou huitième année que nous participons à la Fête des voisins. Chaque fois, nous envoyons une quarantaine d’invitations aux gens du quartier et on se retrouve au courant de la journée », confie Louise Dallaire.

Sur place, les gens jasent un brin sous des arbres ou un petit chapiteau. « Ceux qui le veulent peuvent apporter un lunch. On offre des desserts sur place, ajoute la conseillère municipale, Denyse Tremblay qui, avec ses voisines Danielle Bracke et Pierrette Turcotte, fait elle aussi partie du petit groupe d’organisatrices. Dans le quartier, on est plutôt respectueux de la vie privée des autres, donc c’est vraiment l’occasion, dans l’été, de se rencontrer et de discuter. »

Ici, pas de musique, de jeux ou de grosses activités prévues au programme. Le groupe a simplement demandé à la municipalité de fermer un tronçon du boulevard de l’Estrie, afin que les voisins puissent profiter dans la quiétude de ces quelques heures volées aux horaires chargés de tous.

Grand déploiement

Quelques fêtes de voisins ont toutefois été célébrées à plus grand déploiement. À la Maison des Familles, rue Saint-Charles Sud, les organisateurs ne s’attendaient pas à recevoir autant de curieux. « On a manqué de hot-dogs ! On avait acheté 36 douzaines et ça fait deux fois qu’on retourne à l’épicerie ! », lance Chloé Marois, qui travaille comme intervenante pour l’organisme.

L’organisme communautaire s’est joint volontiers aux festivités de la Fête des voisins l’an dernier. « Auparavant, on organisait déjà un BBQ, mais c’est une façon de mieux nous faire connaître. Aujourd’hui, il y a vraiment des gens de tous les horizons. Plusieurs font partie du noyau de familles qui viennent à la plupart de nos activités. Il y a aussi des gens qui nous connaissent par nos services externes, mais qui ne sont jamais venus à la Maison et des curieux qui s’arrêtent simplement », observe Chloé Marois.

Vie culturelle et communautaire de Granby (VCCG), qui chapeaute l’organisation des multiples fêtes de voisinage, en comptait une vingtaine « officielles ». Un intérêt qui se maintient année après année, selon Jean-Olivier Grégoire Fillion.

« Ce sont ceux qui nous ont contactés pour nous dire qu’ils organisaient quelque chose. Sur ce nombre, certains nous ont demandé du matériel pour l’organisation, des objets promotionnels ou de barrer leur rue. Il y en a peut-être plus, mais nous ne sommes pas au courant », explique le coordonnateur à la vie communautaire chez VCCG.

Vie culturelle et communautaire de Granby a choisi une nouvelle approche pour promouvoir la fête cette année. « Plutôt que de faire de la promotion et de donner des cadeaux le jour même, on a décidé d’être sur le terrain aujourd’hui simplement pour serrer des mains. C’est avant la fête que nous avons fait de la promotion », ajoute M. Fillion.

VCCG a notamment fait tirer deux cartes-cadeaux permettant aux gagnants de louer du matériel pour l’organisation de la fête ou de compléter les emplettes pour nourrir les visiteurs.