Depuis quatre ans, Jérôme Parent organise une Fête des voisins dans le rond-point de la Place Youville.

Fête des voisins: dynamiser la vie de quartier

Toute la journée de samedi, une douzaine de fêtes de quartier avaient lieu dans les rues de Granby dans le cadre de la 9e participation de la ville à la Fête des voisins. Pour les fêtards rencontrés par La Voix de l'Est, il s'agit d'une belle occasion de rencontrer de nouveaux voisins, mais surtout de prendre le temps de passer un bon moment avec les amis et voisins qu'ils apprécient.
« Le but, c'est que tous les voisins puissent profiter de la cohabitation dans le quartier », dit Jérôme Parent, lunettes de soleil au visage et canette de bière à la main. Le résident de la rue Place Youville organise depuis quatre ans la fête qui a lieu dans la rue qu'il habite depuis une décennie. 
« On en profite. C'est aussi simple que ça. Il faut profiter des bonnes occasions dans la vie ! », croit-il. « Ça [la Fête des voisins], ça en est une excellente. Parce que ça permet de rencontrer le monde qu'on voit juste partir travailler le matin . »
Passant de la parole aux actes, il a sorti des guitares et une batterie et invitait les gens du quartier à venir jammer en sa compagnie. Le plan pour la soirée : écouter de la musique autour du feu. 
Cette année, le rassemblement de Jérôme n'a pas connu le succès des années précédentes. C'était surtout des habitués qui peuplaient sa fête. Il se rappelle notamment qu'une partie de hockey avait été jouée dans le rond-point, l'an dernier.
« C'est pas mal notre gang qui est ici », mentionne Vincent, un ami de Jérôme présent à la fête. « Ça fait plusieurs années que je viens. L'an dernier, ça chantait, ça dansait, et pas mal de voisins sont venus », souligne-t-il cependant. 
Plus loin dans la ville, sur la rue des Érablières, une autre sobre fête avait lieu. C'était la première fois que Véronique Giard organisait, avec sa voisine Véronique Langlois, un événement pour la Fête des voisins. « On l'a fait parce qu'on a un bon voisinage », explique-t-elle.
C'est d'ailleurs la première fois qu'une telle fête est organisée sur sa rue. Elle y réside depuis 23 ans. « C'est un vieux voisinage. On ne se voit pas souvent. C'est une bonne occasion de le faire, aujourd'hui », juge-t-elle.
Elle a d'ailleurs concentré ses invitations aux voisins avec lesquels elle partageait le plus d'affinités. Au programme : baignade, souper et feu. Une journée d'été qui permet de souligner les voisins qu'on apprécie et de se rapprocher de ceux que l'on connaît moins. « La vie est belle », conclut-elle.
L'événement se veut aussi une façon pour les jeunes d'un quartier de tisser des liens comme ce fut le cas au parc Avery, où plusieurs d'entre eux ont organisé une petite kermesse avec la collaboration­ de leurs parents.
Chacun son tour
Lorsque La Voix de l'Est s'est présentée à la fête organisée par Mireille Baillargeon, en milieu d'après-midi ce samedi, la rue Elgin était vide ; tout était rangé. Mireille n'a toutefois pas caché son excitation par rapport au repas communautaire qui avait eu lieu un peu plus tôt.
Une trentaine de voisins y étaient, et la rue était totalement bloquée, d'Alexandra à Elm. Elle estime qu'une personne par maison­ était présente.
C'était la deuxième fois que sa rue prenait part à la Fête des voisins. « Beaucoup de contacts se sont créés pendant l'année », dit-elle, se remémorant l'édition 2016. Elle souligne d'ailleurs que de voir ses bons voisins une fois par année, c'est trop peu.
« L'an dernier, c'était très réussi, et ça avait été l'initiative de la dame d'en face. On avait dit ''c'est tellement agréable, il faut le refaire l'an prochain''. C'est donc nous qui l'organisons cette année. L'an prochain, ce sera nos voisins. C'est une tradition qui est commencée ! », assure-t-elle.