Le défilé des mascottes a mis la fête dans la rue Principale à Granby, dimanche.

Fête des mascottes: une édition au poil!

Les yeux des enfants étaient grand ouverts, dimanche matin, lorsqu'une quarantaine de mascottes ont défilé devant eux, distribuant à qui mieux mieux des câlins et esquissant des pirouettes. Entre les sympathiques peluches, des entreprises et organismes ont pu profiter de cette visibilité.
C'est le cas de l'école de danse Madessimo qui participait pour la neuvième année à l'événement, tant en donnant des cours dans la rue qu'en dansant sur de la musique rythmée durant le défilé.
«On participe parce que c'est un gros événement en ville, a commenté Nancy Madison, propriétaire de l'école de danse, peu avant d'entamer le défilé jusqu'au parc Miner. C'est le fun, il y a énormément de gens qui sont là. Ça fait connaître mon école de danse, ça nous permet de montrer les costumes et à quel point c'est agréable de faire des spectacles. Vendredi et samedi, quand on donnait des cours, il y a des gens qui sont venus nous voir pour avoir une carte d'affaires. Oui, ça a des retombées. De quelle ampleur ? Je ne sais pas, mais les gens tripent.»
L'auteure de ces lignes a d'ailleurs vu un danseur remettre une carte d'affaires à un spectateur durant le défilé, comme quoi une telle présence attire l'attention.
Une procession de voitures anciennes a aussi ramené les familles en arrière de quelques décennies. Pour Denis Fausse, président des Voitures anciennes de Granby, une telle présence n'est que pour le plaisir puisque l'événement, qui jouit d'une réputation enviable, n'a pas vraiment besoin de visibilité.
Sur le char allégorique du VAG, le Trio céleste interprétait quelques pièces de son vaste répertoire. «On va se faire voir par la population, mais on est là surtout pour mettre de l'atmosphère, faire quelque chose de différent», commente Denis Frappier. Il s'agissait pour le trio d'une première participation à un défilé. «Le salaire des musiciens, c'est l'appréciation du public», ajoute-t-il, assurant que le Trio céleste n'était là que pour mettre de la vie.
Découverts par les Granbyens lors d'un défilé de Noël, les Drumétiques, une fanfare venue directement de Québec, ont également mis une touche musicale à la fête. Un peu plus d'une quinzaine de musiciens de tous les âges étaient de la partie. 
Dave Francis est à l'origine de cette fanfare, qui se promène de région en région depuis près de cinq ans. Plus le groupe est remarqué dans les événements, plus il reçoit des invitations. Depuis sa naissance, la fanfare a fait 36 sorties et plus de 250 pratiques en salle. «Nos jeunes sont remarqués!», lançait M. Francis, quelques minutes avant le début du défilé.
Et comme la date du Noël du campeur approchait, même le père Noël était venu faire son tour, en bermuda et en chemise, tout comme le char allégorique de la Guerre des tuques.
Chaud et beau
La traditionnelle Fête des mascottes s'est conclue sous un soleil radieux, dimanche, après cinq journées de braderie, d'animation et de rencontres avec les toutous format géant. Cette journée a été à l'image des quatre autres, en excluant deux épisodes- de pluie.
«On a été très chanceux au niveau de la température, souligne Jennifer Martin, de Commerce et tourisme Granby et région. Il a fait chaud, mais durant les premières journées de beau temps, les gens sont contents de sortir. Les visiteurs étaient au rendez-vous. Je pense qu'ils étaient contents de retrouver les toutous et vice-versa. Les mascottes étaient contentes de retrouver les enfants.»
Mme Martin a également applaudi le travail des adolescents dissimulés sous les peluches. «On est très contents du groupe de jeunes qu'on avait. Ce sont toujours des jeunes dévoués, qui ont le goût de le faire.» Il s'agit souvent d'une première expérience de travail où l'effet de groupe est important. Même les plus introvertis réussissent à sortir de leur coquille, dit-elle. 
Avec la chaleur et l'humidité - la température ressentie a grimpé jusqu'à 37 degrés Celsius -, ces jeunes étaient particulièrement surveillés par les premiers secours pour éviter les coups de chaleur.
«Les commerçants semblaient très contents de leur vente-trottoir, poursuit Mme Martin. Ils ont apprécié la nouveauté de la scène mobile. Elle a changé d'emplacement tous les jours. Ça leur faisait bénéficier à un moment ou à un autre de cet achalandage, de la musique, du happening.»
Parmi les autres aspects qui seront discutés ultérieurement, il y a le fractionnement de la maison des mascottes. Pour cette édition, elle était éclatée et donc accessible sous différents chapiteaux dans la rue, diminuant ainsi l'attente.
Des jeunes troublent la paix
Effectuant une surveillance accrue durant la Fête des mascottes, les policiers de Granby ont dû intervenir à quelques reprises pour gérer des cas problématiques. Des jeunes ont notamment reçu des constats d'infraction pour avoir troublé la paix samedi soir. Selon un citoyen qui a joint La Voix de l'Est par téléphone, un ado âgé d'environ 16 ans aurait «malmené un bénévole».
«Je sais qu'il y a eu altercation, mais il n'y a pas eu d'arrestation. (...) Il n'y a pas eu de plainte qui a été portée. Donc les policiers ont été au règlement municipal, et non au criminel», a expliqué le sergent Frédéric Gemme.
Dimanche en fin d'après-midi, le sergent Gemme assurait toutefois que l'édition 2017 de la Fête n'a pas été particulièrement occupée pour le corps policier municipal. 
«Ça a été quand même une année tranquille.»
Avec la collaboration Jonathan Gagnon