L’équipe du projet Bouge! a tourné de courtes vidéos pour faire bouger, en classe, les plus jeunes de leur école sur une musique entraînante. L’idée a été très population à l’école Saint-Léon.

Fête de l’entrepreneuriat: de la suite dans les idées

Ils étaient tous sur leur 36, parfois hauts comme trois pommes, parfois plus grands que leurs enseignants. L’occasion se prêtait bien aux robes coquettes et aux belles chemises puisque c’était jour de Fête de l’entrepreneuriat, organisée par la commission scolaire du Val-des-Cerfs, mercredi soir.

Le gala a permis de remettre fanions et plaques aux jeunes du primaire et du secondaire ayant développé leur idée. Soixante-cinq projets ont été déposés sur le territoire de la commission scolaire, de la maternelle jusqu’à l’éducation aux adultes et la formation professionnelle. Des treize lauréats, neuf ont exposé le fruit de leur travail avant la tenue du gala, dans la cafétéria de l’école secondaire Massey-Vanier, à Cowansville.

Plusieurs jeunes se sont donné comme mission de faire une différence environnementale dans leur école. C’est le cas du projet « Faire sourire madame la Terre » de l’école du Phénix, à Granby, qui remettait des contenants propres aux classes participantes chaque lundi pour récolter, deux fois par semaine, les déchets compostables. À l’école secondaire J-H-Leclerc, également située à Granby, la classe de Maxime Pipon a préparé une campagne de publicité et d’éducation ainsi que des jeux pour démontrer les avantages d’un tri efficace des déchets.

Toujours dans un souci environnemental, les élèves en adaptation scolaire de Julie Ouellette, à J-H-Leclerc, ont été tellement marqués par les îles de plastique dans les océans qu’ils ont confectionné des sacs pour les fruits et légumes afin d’éliminer l’utilisation de sac de plastique en épicerie. Ces sacs ont été créés avec de vieux rideaux « plein jour » transparents.

Les élèves de Lisa Auclair, qui sont à l’éducation des adultes, ont aussi été applaudis pour avoir confectionné et vendu à plus de 200 exemplaires des bracelets D.I.fférent, sur lesquels on voit un soleil à moitié caché par un nuage. « Ce sont des adultes qui vivent avec des différences, explique Mme Auclair. Les nuages représentent les préjugés qui empêchent de voir le soleil lumineux. »

Le groupe de sixième année de l’école St-Léon a pour sa part voulu faire bouger les plus jeunes de l’école par leur projet Bouge ! Il s’agit de courtes vidéos de une à trois minutes visant à inciter les jeunes à bouger, « un peu comme le jeu Just Dance, mais avec de l’aérobie », a mentionné une élève de l’équipe. Les vidéos, élaborées par les élèves, visent les classes de 4e année et moins avec une série de mouvements à faire en classe sur une musique entraînante, histoire de se dégourdir les jambes.

La commission scolaire des Haute-Rivières a aussi souligné le travail des équipes gagnantes du défi entrepreneurial. Un projet de l’école primaire Micheline-Brodeur, à Saint-Paul-d’Abbotsford, et un autre de l’école Saint-Vincent, à Saint-Césaire, ont été récompensés.