La conférence Pêche en herbe présentée au parc de la Yamaska a permis de faire connaître les bonnes techniques de pêche.

Fête de la pêche: pour s'initier de la bonne façon

La 20e Fête de la pêche a de nouveau été l’occasion de valoriser ce loisir traditionnel cette année. Du 7 au 9 juin, il a été possible de pêcher sans permis sur tous les plans d’eau du Québec. Ce week-end a permis de redécouvrir cette activité ancestrale et de mieux la faire connaître aux plus jeunes.

Au parc de la Yamaska, la pêche est vue comme une façon de mettre en valeur le patrimoine naturel offert par mère Nature. 

La Sépaq a ainsi mis sur pied l’activité Pêche en herbe. Celle-ci s’est déroulée à deux reprises samedi. Entre conférence et atelier ludique, l’activité a permis à des dizaines d’intéressés de s’initier aux joies de la pêche.

« L’idée, c’est que les gens s’intéressent à la pêche, mais avec les bonnes pratiques. On parle donc des différents poissons, de leur habitat et des techniques de pêche, mais également des bons réflexes environnementaux à adopter », expliquait l’un des guides du parc de la Yamaska, Thierry Bergeron, quelques instants avant le début de la conférence. 

Signe que la pêche demeure une activité prisée, il ne restait aucune place disponible pour la première conférence de samedi matin. 

Près de la moitié du groupe assurait être déjà intéressée par ce loisir qui ne demande que peu d’équipement pour être pratiqué.

« Chez nous, c’est une activité familiale. Je vais pêcher parfois avec mon fils tôt le matin, ou avec toute la famille depuis que ma fille a grandi », expliquait Nadine Parent-Evrard, peu avant de prendre part à l’activité avec ses enfants. 

Comme cette dernière, plusieurs se sont déplacés en compagnie de leurs enfants pour les initier à la pêche. Mélanie Houle avoue que la passion de la pêche n’a pas encore enflammé sa famille. « Par contre, on est curieux de voir de quoi aura l’air la conférence », confiait-elle. 

Apprécier la nature

« Pourquoi les gens pêchent-ils ? Parce que c’est une source de plaisir. C’est l’occasion de faire de belles rencontres et d’apprécier la nature », a lancé en guise d’introduction, Thierry Bergeron. 

Question de joindre l’utile à l’agréable, l’activité se terminait sur les rives du réservoir Choinière où les participants pouvaient lancer leur ligne et taquiner le poisson avec les techniques enseignées. 

Un don de la Fondation de la Faune du Québec a permis de remettre des cannes à pêche à tous ceux qui le désiraient.

Autres activités

D’autres activités de promotion de la pêche ont eu lieu samedi en Haute-Yamaska, ainsi que dans Brome-Missisquoi. Des initiatives à Notre-Dame-de-Stanbridge, Farnham et Roxton Pond ont également permis de valoriser ce loisir.

Ceux qui y prendront goût devront cependant se procurer un permis, à compter de lundi, pour continuer à pêcher le poisson en toute légalité.