« Pour l’instant, légalement, je n’ai pas le choix de me taire. Mais le temps venu, j’aimerais que les gens sachent ce qui s’est passé », a dit Pierre Fortier.

Festival de la chanson de Granby: Pierre Fortier revient sur son congédiement

Pierre Fortier s’est fait très discret depuis l’annonce de son congédiement, qui a pris tout le monde par surprise en septembre dernier. Mais lorsque joint lundi par La Voix de l’Est, celui qui a été à la barre du Festival international de la chanson de Granby pendant 12 ans est sorti de son silence et s’est un peu vidé le cœur à propos de la fin abrupte de sa belle aventure.

« J’ai été complètement démoli par ça. C’est quelque chose que je ne souhaite à personne. C’est dur au boutte de monter toute une programmation et de ne pas pouvoir en profiter. J’aurais aimé voir l’OSM. J’aurais aimé voir les shows extérieurs. Je ne m’attendais pas à ça du tout. Juste en parler, ça me fait encore quelque chose... » a-t-il dit au bout du fil d’une voix étouffée par l’émotion.

Après avoir été suspendu de ses fonctions deux jours avant le lancement de la 50e édition du Festival, Pierre Fortier avait été remercié en septembre, à la lumière d’un rapport d’enquête au sujet de commentaires et de comportements inadéquats en milieu de travail.

À LIRE AUSSI: Commentaires et comportements inadéquats: Pierre Fortier congédié

Sous le choc, il a précipité ses plans. Il a vendu sa maison dans la région et est déménagé en Nouvelle-Écosse. « C’était déjà prévu qu’on se rapproche de certains membres de nos familles, à moi et Tanya [sa conjointe, NDLR], explique-t-il. J’avais déjà annoncé par écrit au C.A. en mai dernier que j’allais quitter en octobre. Mais comme on a pu le voir, ça ne s’est pas passé comme prévu... »

La Voix de l’Est a tenté de se faire confirmer cette information auprès du président du conseil d’administration, Yves Pronovost, mais ce dernier s’est, comme il l’a fait à plusieurs reprises au courant des derniers mois, refusé à tout commentaire.

Une « victime »

Pierre Fortier affirme ne pas encore pouvoir donner davantage de détails concernant toute cette affaire puisqu’il serait « en train de régler des derniers trucs » avec le Festival, mais qu’il envisage de le faire éventuellement. « Pour l’instant, légalement, je n’ai pas le choix de me taire. Mais le temps venu, j’aimerais que les gens sachent ce qui s’est passé. »

Selon lui, la plainte retenue « ne tient à pas grand-chose », et la suite « est à l’image de ce qu’est la société aujourd’hui », ce qu’il trouve bien dommage. « La seule personne qui a été victime là-dedans, c’est moi. Il n’y a personne d’autre que moi qui en paie le prix aujourd’hui », affirme-t-il.


«  J’ai été complètement démoli par ça. C’est quelque chose que je ne souhaite à personne. C’est dur au boutte de monter toute une programmation et de ne pas pouvoir en profiter. (...) Je ne m’attendais pas à ça du tout. Juste en parler, ça me fait encore quelque chose...  »
Pierre Fortier, ex-DG du Festival international de la chanson de Granby

Pierre Fortier se console néanmoins en pensant à tout le support qu’il a reçu et qui l’a aidé à passer à travers les moments difficiles. « J’ai trouvé beaucoup d’appui de la communauté, reçu presque 200 témoignages d’artistes, de bailleurs de fonds, de partenaires, d’ex-employés, de politiciens, de gens des médias... J’ai senti que beaucoup d’entre eux pensaient que c’était un coup monté. »

Du reste, il est « en train de tourner la page ». « Après la déprime, j’ai repris l’entraînement et la méditation, j’ai entrepris des travaux de réno chez nous, je suis même allé en Inde faire du travail humanitaire. Je prends soin de ma blonde, de mes enfants, et je me prépare à être grand-père en mars », dit-il.

Il est toutefois trop tôt pour dire s’il envisage de retravailler dans le milieu. « Je n’ai vraiment pas la tête à monter des projets. Quand tu reçois un choc comme ça... Ça va prendre un an guérir tout ça. Je me donne encore trois à six mois pour décider de ce que je vais faire pour la suite. »

L'AVENIR DU FESTIVAL

Même s’il reste quelque peu amer, Pierre Fortier souhaite tout de même « la meilleure des chances » au Festival. « Son avenir réside dans sa capacité à aller chercher du financement. Des contrats avec d’importants commanditaires se terminaient cette année, et d’autres l’année suivante », avertit-il.

Pierre Fortier avait été nommé directeur général du Festival international de la chanson de Granby en 2007. Sous sa gouverne, l’événement a connu un essor important : il a notamment vu son nombre de spectateurs passer de 4000 à 55 000, son nombre d’employés tripler et ses investissements privés et publics être multipliés par dix.

Le directeur général et artistique avait au fil des ans instauré plusieurs nouveautés au sein de la programmation du FICG, dont les spectacles extérieurs — d’abord sous un chapiteau érigé dans le stationnement adjacent au Palace, puis à la Place Johnson avant de se déplacer au parc Daniel-Johnson —, les Vitrines musicales, les Petits bonheurs ainsi que les volets Jamais trop tôt et le Petit Festival.

On ignore encore qui prendra la relève de Pierre Fortier, l’annonce tardant à être faite. La mise en candidature se terminait le 30 octobre dernier.