La rampe de mise à l’eau pourrait être fermée aux bateaux à moteur dans les prochains jours.

Fermeture de la rampe de mise à l’eau au parc Tiffany

Un petit groupe composé de dix citoyens et de huit non-résidents ont assisté, mardi, à la séance d’information sur la fermeture de la rampe de mise à l’eau au parc Tiffany, à Lac-Brome. La décision, qui reste à être approuvée par le conseil municipal, ne plaisait pas aux pêcheurs sportifs.

« Ceux qui sont les plus déçus, ce sont les non-résidents parce que c’est un des seuls endroits de mise à l’eau où il n’y avait pas de frais dans la région, remarque Lee Patterson, conseiller municipal. Ils avaient comme impression que c’était une attaque à la pêche sportive, mais c’est vraiment en lien avec la sécurité. »

Dans les années 90, une loi fédérale est venue réglementer l’utilisation de bateaux électriques ou à moteur sur la rivière. Depuis, les utilisateurs devaient se rendre jusqu’au lac à la rame, ce qui n’était pas toujours respecté et ce qui nuit à la faune aquatique. De plus, des incidents peuvent survenir lorsque vient le temps de passer sous le pont de la route 235.

« La raison principale, c’était le non-sens d’avoir une descente qui peut causer un pépin. Si la vague monte quand ils passent en dessous, les gens peuvent se cogner la tête. Les pare-brise de certains bateaux peuvent et ont été abimés. Quand on a expliqué ça aux pêcheurs sur place, ils ont changé de ton. »

Selon Stéphan Bourgeois, président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec, cette raison ne tient pas la route. Comme il n’y a pas beaucoup d’espace entre le pont et la rivière, ce sont donc de petites embarcations qui peuvent passer. « Si la personne est pas assez intelligente pour comprendre que ça ne passe pas, c’est pas un problème de sécurité, affirme M. Bourgeois. Il n’y en a pas de problème de danger. Moi je ne vois pas de justification pour fermer la rampe de mise à l’eau. »

« Le risque est là, rétorque M. Patterson. On se questionne depuis des années parce qu’il arrive de petits incidents, mais est-ce qu’on va attendre qu’il y ait quelque chose de majeur pour faire quelque chose ? Non. »

Le 23 mai, La Voix de l’Est rapportait que Renaissance Lac-Brome soupçonnait des cas de braconnage de doré jaune dans le lac Brome et que les braconniers pourraient aller pêcher ce poisson nocturne en accédant au lac par la rampe de mise à l’eau du parc Tiffany. M. Bourgeois s’oppose aussi à cette raison puisque le braconnage est de juridiction fédérale.

L’Association des pêcheurs sportifs du Québec dénonce cette intention puisqu’elle privera d’un accès gratuit à des pêcheurs moins fortunés.

Les élus pourraient se prononcer lundi sur le sujet, lors de la séance ordinaire du conseil.