Le bâtiment qui accueille le brasseur Farnham Ale & Lager sera vendu par son propriétaire, le Fonds de développement Farnham-Rainville. L’organisme se départira aussi de ses quatre autres bâtiments.

Farnham vend ses cinq bâtiments industriels

Les cinq bâtiments industriels du Fonds de développement Farnham-Rainville (FDFR) seront mis en vente. L’objectif est d’utiliser les revenus obtenus de leur vente pour construire d’autres bâtiments et attirer ainsi de nouvelles PME.

C’est l’un de mandats confiés au nouveau directeur du développement industriel du FDFR, Pierre Caron. « Nos bâtiments sont tous loués à des entreprises. Ça se passe bien pour elles. Il faut continuer d’investir pour augmenter notre offre de locaux commerciaux et industriels. On va brasser les cartes, faire bouger les choses. Farnham offre beaucoup de possibilités pour développer nos entreprises. C’est là-dessus qu’on va travailler », a-t-il expliqué lundi en entrevue.

Le Fonds est propriétaires des bâtiments qui accueillent la Farnham Ale & Lager et GCR Centres de pneus, tous deux sur le boulevard de Normandie, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de la Montérégie-Est et Oligny Transport (ancienne Dion Transport) tous deux sur le boulevard Industriel ainsi que la compagnie Flexpipe sur le boulevard Magenta Est.

Les cinq propriétés seront évaluées pour connaître leur valeur marchande, a dit M. Caron qui est officiellement entré en poste la semaine dernière.

La valeur des cinq bâtiments du FDFR est de près de 7 millions de dollars, selon leur évaluation municipale, a indiqué François Giasson, directeur général de la Ville. Ils devraient se vendre encore plus cher puisqu’ils sont tous occupés par des locataires avec des baux valides pour quelques années, signale-t-il. La valeur des hypothèques représente environ 40 % de leur valeur.

Nouvel élan
M. Caron est un courtier immobilier de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il a travaillé ces dernières années avec la firme Royal Lepage dans la région ainsi que sur la Rive-Sud. Il se spécialise depuis plusieurs années dans les propriétés et bâtiments industriels et commerciaux. Il en négocie l’achat, la vente et la signature de baux de locaux.

Le courtier a réalisé quelques projets d’acquisitions de terrains industriels à Farnham pour des clients, dont une transaction d’un terrain de 232 258 mètres carrés (2,5 millions de pieds carrés) au coin des routes 104 et 235.

Les activités immobilières de M. Caron ne sont pas passées inaperçues à la Ville de Farnham et au conseil d’administration du FDFR. L’organisme cherche à se donner un nouvel élan. « On voit qu’il s’y connaît bien, qu’il a beaucoup de contacts dans le milieu, qu’il sait où sont les bâtiments vacants. On aime beaucoup sa façon de travailler. Il est très consciencieux, habile à trouver des solutions pour ses clients », explique M. Giasson. « On aime vraiment la vision d’affaires qu’il a pour le Fonds. »

M. Caron a été approché avant les Fêtes pour occuper le nouveau poste, qui équivaut à celui de commissaire industriel. « Ça flatte l’ego. Je vois ça comme un beau défi. Farnham a un parc immobilier très intéressant, près de l’autoroute 10. Il y a tellement de possibilités de développement. Il faut continuer en offrant de nouvelles bâtisses et les louer à des PME. »

Le FDFR fait du surplace depuis quelques années, reconnaît M. Giasson. Mis sur pied pour créer des emplois, son dernier projet remonte au tournant de la décennie avec la construction du bâtiment industriel qui abrite depuis le brasseur Farnham Ale & Lager.

Exceptionnellement cette année, la Ville a débloqué un budget de 25 000 $ pour appuyer le FDFR.