Normand St-Pierre a reçu des mains du directeur du Service des incendies de Farnham, Mario Nareau, et du maire Patrick Melchior des équipements qui seront remis à des pompiers du Honduras.

Farnham offre des équipements à des pompiers du Honduras

Donner au suivant. Voilà le geste que vient de poser le Service des incendies de Farnham en offrant des équipements à des pompiers du Honduras où ils auront une deuxième vie et pourront assurément offrir plus de sécurité aux combattants du feu.

« Ces équipements-là sont encore bons. Si ça peut aider des gens dans le besoin, rendre service à d’autres, tant mieux », estime Mario Nareau, le directeur de la brigade farnhamienne.

Ce don découle initialement d’un projet personnel lancé par un pompier de Longueuil Normand St-Pierre. Chaque fois qu’il voyage à l’étranger, il doit absolument visiter une caserne de pompiers. Lorsqu’il a mis les pieds dans une située au Honduras, en 2006, il a constaté que les sapeurs étaient seulement équipés de casques pour combattre les incendies !

« Ils avaient un camion tiré par un cheval, raconte-t-il. Ils avaient une pompe qui n’était pas fonctionnelle. Leur seul équipement, c’était un casque et... une bouée de sauvetage ! »

De retour au Québec, il a lancé le projet Tela Bombero, qui signifie les pompiers de Tela, la première ville qu’il a aidée. L’objectif ? Fournir des équipements qui ne répondent plus aux normes de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et de la National Fire Protection Association (NFPA) — , mais qui n’ont pas nécessairement atteint leur durée de vie utile. À titre d’exemple, après 10 ans, un habit de combat ne peut plus être porté pour lutter contre un incendie, selon les normes établies par la NFPA.

C’est ainsi que des premières boîtes contenant des habits de combat ont été livrées dans différentes villes du Honduras. À ce jour, pas moins de 14 conteneurs bondés d’équipements ont été transportés jusqu’à ce pays d’Amérique centrale, ce qui représente 1800 pompiers habillés, un camion, des pinces de désincarcération, une quinzaine d’échelles portatives et 200 appareils respiratoires. « C’est un minimum de protection qu’on offre aux pompiers là-bas, souligne M. St-Pierre. C’est officiel que des vies ont été sauvées grâce à ces équipements. »

Le projet a pris de l’ampleur et aujourd’hui, des équipements policiers et médicaux leur sont aussi offerts. Les frais de transport sont toutefois assumés par ceux qui profiteront des dons, au Honduras. La remise est toujours réalisée par les militaires pour s’assurer que les équipements sont livrés au bon destinataire.

Farnham en est à sa deuxième contribution au projet. Une trentaine d’habits de combat ont été offerts la première fois. Six habits de combat, 26 appareils de protection respiratoire, 31 masques et 53 bouteilles d’air comprimé respiratoire ont cette fois-ci été offerts, vendredi, en présence du maire de Farnham, Patrick Melchior. « Ça va servir à d’autres », se réjouit M. Nareau.