Les réservoirs à essence de deux véhicules garés à la station-service Esso du boulevard Pierre-Laporte ont été volontairement percés pour y récupérer leur contenu.

Faits divers en rafale

Au moins deux automobilistes ont eu une mauvaise surprise en récupérant leur véhicule garé dans le stationnement incitatif situé à la sortie 74 de l'autoroute 10 à Bromont. Leur réservoir à essence a été volontairement percé pour y récupérer son contenu.
Les automobilistes victimes de méfait et de vol au cours des deux dernières semaines avaient garé leur véhicule dans le stationnement de la station-service Esso du boulevard Pierre-Laporte à Bromont où on retrouve également un terminus d'autobus.
Les conducteurs malchanceux ont découvert le pot aux roses en récupérant leur voiture. Ils ont alors constaté que leur réservoir à essence était à sec. En faisant le plein, l'essence s'est répandue au sol et c'est là qu'ils ont réalisé que leur réservoir avait été percé. 
« Je trouve ça dommage, mais on essaie de corriger ça », indique Réal Boucher, l'un des propriétaires de la station-service, qui se désole que ces incidents soient survenus sur sa propriété. Il ajoute que le moment où les crimes ont été commis n'a pas été ciblé pour l'instant. 
La surveillance du stationnement sera renforcée, notamment avec des rondes plus fréquentes des policiers qui patrouillaient déjà l'endroit. « On est allés voir le propriétaire et on a lui dit qu'on porterait une attention particulière », indique l'inspecteur Marc Tremblay, du Service de police de Bromont.
Il précise que ces deux incidents sont les seuls à avoir été rapportés sur le territoire bromontois.
De leur côté, les propriétaires de la station-service et du stationnement incitatif ont l'intention d'ajouter des caméras de surveillance puisque celles en place ne couvrent pas la totalité du stationnement. Karine Blanchard
Roger Boissé
Un Saint-Pien porté disparu
La Sûreté du Québec demande l'aide du public afin de retrouver Roger Boissé, 60 ans, de Saint-Pie. Il a été vu pour la dernière fois le 13 décembre, vers 23 h. Ses proches ont des raisons de craindre pour sa sécurité.
Il pourrait être dans les environs de St-Hyacinthe ou de Granby. Il se déplacerait à bord d'une camionnette Dodge Ram 1500 2010 de couleur blanche, immatriculée G47 CLW. Lorsqu'il a été vu pour la dernière fois à Saint-Pie, il portait un manteau et un pantalon foncés ainsi qu'une chemise à carreaux.
Il mesure 1,73 m (5'8''), pèse 98 kilos (210 lb), a les yeux bleus et les cheveux bruns. Toute information qui permettrait de le retrouver peut être communiquée à la Centrale de l'information criminelle de la SQ au 1 800 659-4262. La Voix de l'Est
Frères du Sacré-Coeur: le juge étudie la demande d'interroger le requérant
Le cabinet Fasken Martineau, qui représente la congrégation des Frères du Sacré-Coeur, a demandé la permission à la Cour supérieure d'interroger le requérant de la demande de recours collectif, que l'on nomme « A » dans le document déposé initialement le 7 octobre.
L'audition de cette demande a eu lieu devant le juge Sylvain Provencher, jeudi, au palais de justice de Granby. Le magistrat doit rendre sa décision en délibéré. Selon Me Éric Simard, à la défense, la décision devrait être connue au cours du mois de janvier.
L'avocat a indiqué que cette requête de questionner la présumée victime découle d'un « d'un processus déterminé par les deux parties ». « On avait une demande pour déposer la preuve additionnelle, a dit le procureur de Fasken Martineau. C'est pour faciliter l'avancement du dossier dans les délais rapides et éviter des remises ou des prolongements dans le cadre des auditions qui pourraient survenir dans la demande d'autorisation [du recours]. »
Rappelons que « A », un homme de 56 ans, soutient avoir été violé à plus de 300 reprises pendant qu'il était pensionnaire au Collège Mont-Sacré-Coeur au cours des années 1970. Les agressions sexuelles auraient été commises par le frère Claude Lebeau de trois à six fois par semaine pendant deux ans.
Une douzaine d'autres frères sont ciblés par des allégations de pédophilie dans le document amendé le 21 octobre. Si le tribunal refuse la requête de questionner « A », l'audition de la demande en autorisation du recours collectif est prévue le 24 février, toujours à Granby. Dans le cas contraire, cette séance pourrait être remise au début mai. Jean-François Guillet