L'accusé de 31 ans doit aussi répondre d'accusations de menace et d'intimidation envers des policiers et une personne associée au système judiciaire.

Face à la justice pour incendie criminel et homicide involontaire

Un homme de Dunham accusé d'avoir commandé l'incendie de son immeuble et d'avoir causé, par ricochet, la mort de l'incendiaire engagé pour l'occasion devra faire face à la justice en 2017.
Le tribunal a fixé la date de début du procès de Patrice Beauregard au 5 juin de l'an prochain. Trois semaines ont été réservées pour cette cause qui sera entendue devant jury. Pour sa défense, l'accusé de 31 ans a retenu les services de Me François Y. Gauthier, de Montréal, tandis que Me Andy Drouin, de Sherbrooke, représentera la Couronne.
M. Beauregard était de retour en cour vendredi pour son enquête sur remise en liberté concernant de nouveaux délits. Il aurait menacé et intimidé des policiers, ainsi qu'une personne associée au système judiciaire, par le biais du site de réseautage Facebook. Il avait été arrêté de nouveau en avril dernier.
Au terme de l'audience frappée d'une ordonnance de non-publication afin de ne pas compromettre l'éventuel jury, la juge Ellen Paré, de la Cour du Québec, a accepté de remettre M. Beauregard en liberté contre une caution supplémentaire de 10 000$. Il est interdit à l'accusé d'utiliser internet et de communiquer avec ses victimes. Il devra aussi respecter un couvre-feu et se rapporter une fois par semaine au poste de la SQ à Waterloo.
La victime de l'incendie criminel, Guillaume Savard.
Intoxication
Patrice Beauregard aurait demandé à une connaissance, Guillaume Savard, de mettre le feu à son immeuble de Farnham afin de récolter l'argent des assurances. Le corps de M. Savard, 25 ans, a été retrouvé parmi les décombres. Selon le coroner, il a été intoxiquée à l'oxyde de carbone. Une famille habitait le bâtiment, mais elle n'a pas été blessée.
Sur Facebook, M. Beauregard s'est par la suite défendu en affirmant que la victime voulait plutôt se suicider. Il s'expose à une peine de prison à perpétuité et doit aussi répondre d'une accusation de fraude.