Aux prises avec des difficultés financières, l’entreprise Fabritec à Bromont s’est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Fabritec aux prises avec des difficultés financières

Aux prises avec des difficultés financières, l’entreprise Fabritec à Bromont s’est placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

« Cette décision, difficile mais nécessaire, permettra à l’entreprise de continuer ses opérations et d’assurer sa pérennité », a commenté l’entreprise par le biais d’un communiqué transmis par Nadia Bourgeois, vice-présidente administration de l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’armoires de cuisine et de salle de bain.

La résiliation d’un contrat par un nouveau client serait notamment au cœur des difficultés de l’entreprise. Selon les documents de la Cour supérieure entourant la procédure obtenus par La Voix de l’Est, le nouveau client en question serait Ikea.

« Des investissements majeurs ont été réalisés en 2016 pour supporter » ce nouveau client à long terme, souligne l’entreprise sans toutefois l’identifier. La résiliation de l’entente a ainsi causé « un tort financier important à l’entreprise », déclare-t-elle par écrit.

Restructuration Deloitte a été nommée syndic au dossier. La division Canboard de Fabritec à Mont-Joli est aussi visée par le processus de restructuration qui a récemment été entrepris.

Activités

Selon le communiqué de l’entreprise, les activités régulières « ne sont aucunement touchées par ce processus ». « La production, la distribution et la paie des employés, entre autres, se poursuivent tout à fait normalement », affirme la direction de l’entreprise

Aucune mise à pied n’est prévue, est-il également précisé.


« Cette décision, difficile mais nécessaire, permettra à l’entreprise de continuer ses opérations et d’assurer sa pérennité. »
Fabritec

Selon son site Internet, Fabritec compte 703 employés à ses deux usines, soit celle de Bromont, située boulevard de l’Aéroport, ainsi qu’à celle de Mont-Joli. L’entreprise continue par ailleurs à recruter, alors que des postes ont été affichés encore récemment.

« Durant les prochaines semaines, l’entreprise élaborera et mettra en œuvre une stratégie d’affaires qui assurera la croissance et la profitabilité à long terme de Fabritec », assure en outre le fabricant d’armoires dont les produits sont principalement distribués dans les magasins à grande surface au Canada et aux États-Unis.

Croissance

Entreprise familiale fondée en 1983 par Clovis Bourgeois, Fabritec s’est installée dans l’ancienne usine de Hyundai à Bromont en 2011. Sa croissance s’est mise à s’accélérer au cours des dernières années, alors qu’elle a entre autres réussi à entrer dans de nombreuses succursales Home Depot aux États-Unis.

En 2016, Fabritec a haussé son salaire à l’entrée à 15 $ l’heure après 12 mois de travail pour se faire plus attrayante pour les chercheurs d’emplois et soutenir sa croissance.

Il y a deux ans, un important projet d’investissement de 50 millions de dollars visant à accroître la production de son usine à Bromont a été annoncé. La création de 530 postes sur cinq ans était projetée. Québec et Ottawa ont octroyé des prêts de 18 millions à l’entreprise.

Fabritec a par ailleurs fait l’objet d’un processus de relève au cours de la dernière décennie, alors que les enfants de M. Bourgeois, Jonathan et Nadia, ont progressivement occupé une part grandissante dans la gestion de l’entreprise.