La fondatrice de l’entreprise 4T, Geneviève Côté
La fondatrice de l’entreprise 4T, Geneviève Côté

Exposer dans un salon virtuel

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Lorsqu’on est une microentreprise, les salons représentent souvent une belle vitrine pour se faire connaître et rallier une nouvelle clientèle. Devant l’annulation de tous ces événements pour les prochains mois, deux entrepreneures de Bromont prennent le pari d’exposer dans un salon... virtuel.

Geneviève Côté et Véronique Beaudoin devaient prendre part au grand Salon Maternité Paternité Enfants, reporté en 2021 pour les raisons que l’on connaît. Elles ont donc appris avec soulagement qu’un nouveau salon parents enfants, intitulé La Relève, s’organisait sur le Web. Du 28 avril au 2 mai prochain, elles seront branchées en ligne pour exposer.

«Je participe à des braderies pour bébés et à des salons quelques fois par année. En tant que petite entreprise, ça m’apporte beaucoup de visibilité. Avec l’annulation de tous les événements, mon plan d’affaires était chamboulé», explique Véronique Beaudoin, qui possède l’Atelier Véronique B, spécialisé en vêtements de maternité, d’allaitement et en vêtements pour enfants.

Avec ses collections Belly Bedaine, Véronique B et Drôle d’oiseau, la jeune femme fait la majorité de ses affaires en ligne. Elle ne possède pas de boutique et sa présence en magasin est limitée. «Le marché de la maternité est particulier. C’est difficile de trouver des points de vente», fait-elle remarquer. Les produits de l’Atelier Véronique B sont présents dans une dizaine de commerces au Canada.

Véronique Beaudoin, propriétaire de l’Atelier Véronique B

Et même si ses ventes en ligne profitent de l’engouement actuel pour l’achat local, rien ne vaut les rencontres «en personne» que procurent les salons. «Rencontrer les clients en vrai, c’est agréable.»

Elle espère maintenant qu’à défaut de se déplacer, le public se branchera sur le site www.salonparentsenfants.com pour fouiner, découvrir ses vêtements et même échanger avec elle. «J’ai réservé des plages horaires pour répondre aux questions des gens. L’effet physique ne sera pas là, mais l’idée, c’est de rendre la rencontre conviviale», dit-elle, confiante d’attirer de nouveaux clients grâce à cette initiative peu traditionnelle.

Interaction

«Ce qui va être chouette dans ce salon, c’est l’interaction», croit pour sa part Geneviève Côté. Depuis un an et demi, la Bromontoise dirige 4T, qui propose des boîtes postnatales aux nouvelles mamans. Dans son laboratoire aménagé chez elle, elle concocte une douzaine de soins 100 % naturels (tisanes, onguents, eau florale, etc.) pour adoucir leur retour à la maison. Ses produits sont offerts à l’unité ou en coffrets thématiques dans quelques boutiques, dont Tirigolo et cie à Granby, mais surtout en ligne.

En 2019, 600 mamans ont profité des services de 4T. Depuis janvier dernier, elle affirme que ses ventes ont doublé.

La dame, qui possède une formation de doula postnatale, s’est inscrite au Salon La Relève, car elle croit au potentiel du numérique pour poursuivre sa croissance. «C’est nouveau, mais ça bouge tellement sur les réseaux sociaux. L’achat en ligne est particulièrement intéressant pour nous. Durant l’événement, je vais diffuser des capsules pour présenter mon entreprise et mes produits. Les gens vont pouvoir “chatter” avec moi. En fait, c’est comme un vrai salon, sans le contact physique.»

Comme si elle exposait en personne, Mme Côté sera donc en ligne durant les cinq jours que durera l’événement, prête à interagir au besoin avec les visiteurs. «Je m’attends à me faire découvrir. Je pense à long terme!»