Trois hommes ont été blessés dans l’explosion survenue dans un logement situé à l’angle des rues Saint-Antoine Sud et Cowie, jeudi soir. Le Service de police de Granby enquête.
Trois hommes ont été blessés dans l’explosion survenue dans un logement situé à l’angle des rues Saint-Antoine Sud et Cowie, jeudi soir. Le Service de police de Granby enquête.

Explosion rue Saint-Antoine: trois hommes ont été blessés

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Trois hommes ont été blessés dans l’explosion survenue jeudi soir dans un logement situé à l’angle des rues Cowie et Saint-Antoine Sud à Granby. Tout porte à croire que la transformation de cannabis serait à l’origine de la déflagration. Au lendemain de l’explosion, la structure de la bâtisse a dû être solidifiée avant de permettre aux enquêteurs d’entrer dans le logement.

Deux hommes auraient subi de graves brûlures et seraient hospitalisés au centre des grands brûlés de Montréal, tandis qu’un troisième serait hospitalisé à Granby pour traiter un choc nerveux, selon des informations transmises anonymement par une personne proche de ces hommes. 

De son côté, le Service de police de Granby, qui a hérité de l’enquête, a confirmé que trois hommes ont été blessés, mais qu’ils pourraient être plus nombreux, a précisé Caroline Garand, porte-parole du corps policier. Ces personnes devront d’ailleurs être interrogées par les enquêteurs. 

Rappelons que la déflagration survenue jeudi soir a fait lever le toit du logement. Selon des informations obtenues par La Voix de l’Est, le chaudron utilisé pour ce qui semble être de la transformation de cannabis aurait été sorti du logement par une personne sur place. À l’arrivée des pompiers, il y avait beaucoup de fumée à l’intérieur, mais aucune flamme. 

Malgré les mandats de perquisition qu’ils avaient en main vendredi, les policiers ont dû patienter avant de pouvoir entrer dans le logement où l’explosion s’est produite. La structure étant instable, les agents ont demandé l’intervention d’un entrepreneur en construction pour solidifier la bâtisse. 

Les techniciens du service de l’identité judiciaire de la Sûreté du Québec devaient examiner la scène de l’explosion vendredi soir.