Stephen Chevanelle fait désormais face à 12 accusations.

Ex-DJ accusé d’agressions sexuelles: une 6e plaignante mineure s’ajoute

Une sixième présumée victime s’ajoute à la liste des crimes sexuels reprochés à un ancien disc-jockey d’Acton Vale, Stephen Chevanelle.

Cette dernière dénonciation a été signifiée à la cour le 6 mai et M. Chevanelle, 55 ans, a été arrêté le jour même. Il a été remis en liberté contre un dépôt de 500 $ et l’obligation de respecter plusieurs conditions, dont celles de revenir devant les tribunaux en juillet et de subir une évaluation psychiatrique.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales reproche à l’accusé d’avoir agressé sexuellement une enfant de six ans et de lui avoir fait des attouchements du même ordre entre 2014 et 2018. Ces infractions, comme les autres déjà au dossier, auraient été commises à son domicile d’Acton Vale.

En tout, six plaignantes accusent maintenant l’ex-DJ de crimes à caractère sexuel (agressions sexuelles et attouchements) commis au cours des cinq dernières années, pour un total de 12 accusations. Elles étaient âgées de quatre à neuf ans au moment des faits reprochés.

Un communiqué de la SQ précise que les présumées victimes « se trouvaient sous sa responsabilité [NDLR : de l’accusé] à son domicile » lors des infractions.

Implication

Surnommé « DJ Doum Doum », M. Chevanelle était très impliqué dans sa communauté et a travaillé lors d’événements pour les jeunes comme des activités de financement, de cheerleading et la Fête nationale. Il n’avait pas d’antécédent criminel et a plaidé non coupable.

Il est défendu par Me Stéphane Comptois, tandis que Me Claudie Gilbert, du ministère public, représente la poursuite. Pour une accusation d’agression sexuelle envers un mineur, le Code criminel prévoit une peine de détention maximale de 14 ans.