Des collages seront créés par les participants du projet Éveille ton artiste, réalisé par Édith Cambrini, en collaboration avec l’Éveil de Brome-Missisquoi et le Sac à mots.

Évoluer grâce à l’art

Huit projets culturels jumelant des artistes à des organismes ou institutions verront le jour dans les prochains mois à Cowansville. Le conseil municipal a octroyé récemment des bourses totalisant 42 353 $, via le Fonds en médiation culturelle de la Ville.

« Ce fonds a été créé à partir de l’entente de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications, souligne Marie-Maude Secours, directrice du Service des loisirs et de la culture. On a eu 11 soumissions et on en a sélectionné huit. »

L’objectif est d’utiliser la culture pour aborder un sujet, différemment.

Ainsi, le projet Éveille ton artiste, d’Édith Cambrini, permettra à la clientèle de l’association d’entraide en santé mentale l’Éveil de Brome-Missisquoi de réfléchir sur l’avenir et leurs rêves en réalisant un collage, et à celle du Sac à Mots, un organisme qui œuvre en alphabétisation, de décrire leurs impressions face à ces collages. Mme Cambrini offrira huit ateliers à autant de participants de l’Éveil, à partir du mois de mars. Le projet aboutira avec la création d’œuvres individuelles.

« Il y aura une exploration artistique sur différents thèmes, évoque l’artiste multidisciplinaire de Cowansville. On veut chercher l’aspect qui peut contribuer au mieux-être de la personne, réfléchir sur le regard qu’elle porte sur elle-même et le regard des autres. »

Mme Cambrini raconte avoir complété une maîtrise en travail social. Elle était alors allée à la rencontre de femmes itinérantes pour qu’elles lui parlent de leur vécu. Plutôt que de lui parler de leur noirceur et de leur situation d’itinérance, « elles m’ont parlé de leurs projets, de leurs rêves. Ça m’avait confrontée, parce que j’arrivais devant elles avec un certain regard. Elles, elles vivaient une expérience et avaient des projets. Ça a un peu guidé l’élaboration des ateliers. »

Les collages réalisés seront exposés au marché public de Cowansville. Ils seront jumelés à un texte produit par un usager du Sac à Mots.

Ces participants s’inspireront des collages pour écrire. « Ils vont voir les différents collages et partager leur interprétation, reprend Mme Cambrini. Ça vient toucher la question de l’accessibilité à l’art. Chaque personne peut y poser un regard et s’exprimer. Il y a un aspect valorisant pour les participants. »

Rencontre entre les âges

Le projet Raconte-moi ton histoire prévoit des rencontres entre deux générations. La photographe Kassandra Reynolds organisera des échanges entre des enfants de l’école primaire Ste-Thérèse de Cowansville et des retraités de la résidence des Bâtisseurs. Ils seront invités à se raconter leur histoire et à briser la barrière entre soi-même et les autres.

Les élèves seront invités à dresser un portrait de leur partenaire aîné par l’écriture et la photographie. Les enfants recevront par ailleurs des cours de photographie en compagnie de Mme Reynolds. Le résultat de la démarche sera ensuite exposé à la bibliothèque.

L’artiste pluridisciplinaire Gabrielle Charbonneau et son projet Entre temps se pencheront, eux aussi, sur les relations intergénérationnelles. Avec des élèves du secondaire du profil Da Vinci (arts plastiques et multimédias) de Massey-Vanier, et des aînés, elle veut discuter de différents sujets, comme les communications et l’environnement. Une œuvre par élève, en deux ou trois dimensions, sera ensuite produite pour démontrer les réalités des deux générations, en plus d’une vidéo documentant la démarche. Le tout sera exposé dans un lieu public de Cowansville.

Un troisième projet, celui de la photographe Véronique Thibault, touche quant à lui la jeunesse. Elle travaillera avec le Carrefour jeunesse emploi pour déconstruire les préjugés envers les jeunes. Le projet photo Un autre regard mettra en lumière des projets inspirants portés par des jeunes. Elle en profitera également pour leur transmettre quelques techniques de photographie.

Réflexion

Le projet Femmes du monde, rassemblons nos couleurs, porté par le Centre femmes des Cantons, prévoit travailler avec des femmes immigrantes lors d’ateliers visant à briser l’isolement et les barrières de la langue, ainsi qu’à les amener à imager leurs sentiments, leurs états d’âme, à favoriser la connexion avec elles-mêmes et avec les autres.

Murmures, un projet qui a débuté en 2019 sous forme d’activités, permet d’amasser les impressions, de minipoèmes ou encore les paroles des gens. Un sentier poétique sera ensuite installé dans le parc Centre-ville, près de la rivière. Les participants seront accompagnés de Roxane Lussier et Valérie Clermont-Girard.

Les gens de tous les âges seront aussi invités à participer à Le bonheur, c’est quoi ? , un projet de Lyse-Anne Roy avec la Maison de la famille de Cowansville, en abordant le thème du bonheur lors d’échanges verbaux et de tempêtes d’idées. Le travail sera traduit, en groupe, sous forme de mots, d’esquisses et de dessins. Le projet final prendra forme à partir de ces éléments.

Enfin, le couple formé de Christiane Picard et de Gilles Dubé, en collaboration avec le Campus Brome-Missisquoi, veut valoriser le métier d’artisan, comme le travail du bois et du métal, que pratique M. Dubé. Avec les étudiants en infographie et en soudure, ils créeront un banc public qui sera installé près de l’école, sur la piste qui relie le terrain de l’établissement scolaire et le secteur commercial de la rue Rivière.