Près de 150 essais routiers ont été effectués samedi à Granby dans le cadre de l’Événement branché de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ).

Événement branché: avoir l’heure juste sur la voiture électrique

Les Granbyens ont pu poser leurs questions sur l’acquisition et l’utilisation d’une voiture électrique samedi dans le cadre de l’Événement branché de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ). L’événement organisé pour une troisième année consécutive à la demande de la Ville de Granby a notamment permis à des curieux d’effectuer près de 150 essais routiers.

L’utilisation du véhicule électrique gagne tranquillement du terrain dans la province, mais de nombreux automobilistes sont encore craintifs à l’idée d’abandonner le moteur à essence. C’est du moins la lecture que font la plupart des propriétaires de voitures électriques membres de l’AVÉQ présents samedi à l’événement.

« Ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent. Les gens craignent pour l’autonomie de leur voiture l’hiver et ils ont peur de manquer de batterie. Ce sont des questions pertinentes, mais les craintes ne sont pas fondées. C’est aussi possible de tomber en panne avec une voiture à essence et ce n’est pas une préoccupation pour les utilisateurs », souligne Mario van Rossum fier propriétaire d’un véhicule électrique et membre de l’AVÉQ.

Présent

Pour répondre aux diverses interrogations du public et permettre aux intéressés de vivre une expérience de conduite électrique en grimpant derrière le volant, l’AVÉQ a invité ses membres bénévoles à prendre part à l’événement tenu à Granby dans le stationnement de la gare près du lac Boivin.

Selon la déléguée régionale de l’organisme en Montérégie, Nathalie Daigle, 24 d’entre eux ont répondu à l’appel. 

« Pour ma part, c’est très important de faire la promotion de l’utilisation de la voiture électrique. Les gens disent que c’est l’avenir, mais c’est faux ! L’électrique, c’est le présent et ce sont les voitures à essence qui sont les dinosaures sur la route », s’exclame André Robert, un citoyen de Granby membre de l’AVÉQ. 

Les membres de l’association ont accompagné les intéressés dans de courts essais routiers d’une quinzaine de minutes. 

« Nous avons prévu un circuit de 4 km. C’est assez pour permettre aux gens de se familiariser avec la voiture tout en permettant à un maximum de personnes de pouvoir faire des essais. Il suffit de prouver qu’on possède un permis de conduire et une assurance automobile et on peut réserver un essai », précise Mme Daigle. 

La déléguée de l’organisme soulignait que le début de la journée a été particulièrement achalandé. Au passage de La Voix de l’Est, plus de 75 essais avaient déjà été réalisés et les organisateurs prévoyaient doubler ce nombre d’ici la fin de l’événement. 

Sans pression

L’AVÉQ fait la promotion de l’utilisation de la voiture électrique depuis six ans. Elle encourage les propriétaires de véhicules branchables à se joindre à l’organisation pour transmettre leur expérience de conduite.

« Pour quelqu’un qui pense à acquérir un véhicule électrique, la pire chose à faire, c’est de commencer ses démarches chez le concessionnaire, avertit Martin Archambault, porte-parole de l’organisme. D’une part parce que les voitures électriques ne sont presque jamais en stock, mais aussi parce que les vendeurs sont encore très peu intéressés et connaissent mal leurs véhicules. »

Si l’AVÉQ connaît bien les qualités et défauts des véhicules électriques sur le marché, l’organisme se tient loin de la promotion des marques.

« On essaie d’offrir le plus large éventail possible de marques et modèles lors de nos événements. Nous tentons d’avoir les modèles les plus en demande sur le marché, mais ça dépend toujours de la disponibilité de nos bénévoles. Selon les besoins des gens, on les dirige vers un modèle ou un autre. On donne l’heure juste aux gens, pas que les avantages », assure Martin Archambault.

Une façon de faire qui a séduit Serge Longpré et Josée Bourgault, deux résidents de Shefford qui souhaitent faire la transition vers la voiture électrique. 

« Les gens n’essaient pas de vendre une voiture plutôt qu’une autre ils ne font pas de commission. Notre premier essai routier a permis d’effacer certaines craintes. Pour nous et nos besoins, c’est clair que notre prochaine voiture sera électrique », affirme M. Longpré. 

L’AVÉQ participe à plusieurs dizaines d’événements un peu partout au Québec. Il est également possible de demander un essai routier à la carte via le site web de l’organisme.

Les intéressés peuvent alors choisir le type de véhicule qu’ils aimeraient essayer et l’association se charge de les mettre en contact avec un propriétaire de leur région.