L’étude s’est aussi penchée sur les habitudes de consommation des Québécois sur Internet. On rapporte dans l’étude que le taux de cyberacheteurs sur une base mensuelle s’est élevé à 47 % dans la région de la Montérégie en 2018 [alors qu’il était de 28% en 2010]. Il s’agit du même taux que celui de l’ensemble du Québec.

Étude numérique: la Montérégie est connectée

Chaque année, depuis 18 ans, l’organisme de recherche et d’innovation, le CEFRIO, est mandaté par le gouvernement du Québec pour dresser un portrait des grandes tendances en matière d’utilisation du Web et du numérique dans la province. Cette étude annuelle, la NETendance, a été rendue publique le 31 juillet dernier pour l’année 2018. En voici les grandes lignes pour le Québec et la Montérégie.

En 2018, 93 % des adultes québécois disposaient d’une connexion Internet à leur domicile. Parmi eux, 91 % ont une connexion internet résidentielle avec un fournisseur de télécommunications, comme Bell ou Vidéotron, et 2 % en ont une à partir d’un partage de connexion d’un appareil mobile.

L’étude démontre une augmentation de 3 points par rapport à 2017 (90 %) et de 13 points par rapport à 2012 (80 %) pour l’ensemble de la province.

Néanmoins, ce n’est pas parce qu’un Québécois a une connexion internet que cela signifie qu’il l’utilise régulièrement. D’emblée, 92 % des Québécois sondés ont affirmé être des utilisateurs réguliers, donc d’avoir utilisé Internet au moins une fois par semaine.

Comme on peut s’y attendre, les chiffres varient selon les groupes d’âge. La proportion de Québécois de 55 ans et plus qui sont des internautes réguliers est de 83 %, la même que pour la région de la Montérégie. Les Québécois de 18 à 24 ans, quant à eux, ont répondu être des utilisateurs réguliers d’Internet à 99 %, une augmentation de deux points par rapport à 2017.

À l’échelle de la province, la proportion d’internautes réguliers varie selon le sexe, avec 93 % pour les hommes et 92 % pour les femmes. Il s’agit de l’écart le moins significatif depuis 2012.

En Montérégie, les deux sexes ont atteint la même proportion d’internautes réguliers pour la première fois, avec 93 %. Les hommes avaient en moyenne entre 2 et 4 points de plus.

Au final, peu importe le sexe et l’âge, 84 % des adultes de la Montérégie ont utilisé Internet au moins une fois par jour en 2018, une augmentation de trois points par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, le nombre d’internautes qui se sont connectés au moins une fois par semaine est passé de 90 % à 93 % pour la même période.

Commerce en ligne

L’étude s’est aussi penchée sur les habitudes de consommation des Québécois sur Internet. On y considère un cyberacheteur comme un individu ayant réalisé des achats sur le Web au cours du dernier mois. Les abonnements en ligne, Netflix par exemple, sont considérés comme tels.

On rapporte dans l’étude que « le taux de cyberacheteurs sur une base mensuelle s’est élevé à 47 % dans la région de la Montérégie en 2018 [alors qu’il était de 28 % en 2010]. Il s’agit du même taux que celui de l’ensemble du Québec. La valeur mensuelle moyenne du panier d’achats des cyberacheteurs de la Montérégie était de 288 $ en 2018, alors que la valeur moyenne provinciale était de 293 $. »

Les achats mensuels sur Internet ont connu une augmentation de 13 $ par mois, alors qu’en 2017, le panier mensuel d’achats était de 280 $ en moyenne au Québec.

Depuis 2012 en Montérégie, la tendance veut que les hommes soient de plus grands cyberacheteurs que les femmes. En 2018, 49 % des hommes pour 45 % des femmes avaient fait des emplettes sur le web au cours du dernier mois. En 2012, on rapportait 33 % pour les hommes et 23 % pour les femmes.

Téléphone, tablette ou ordinateur ?

Par ailleurs, trois adultes sur quatre détenaient un téléphone intelligent en 2018, une augmentation de 10 points par rapport à 2017. En effet, 66 % des Québécois possédaient alors un téléphone intelligent par rapport à 76 % des répondants en 2108.

Les régions administratives de Laval (84 %), l’Outaouais (80 %), la Capitale-Nationale (80 %) et de la Montérégie (79 %) sont en tête du classement provincial. Au bas de la liste, on retrouve la région du Bas-Saint-Laurent (68 %) et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (66 %).

Sans surprise, les 55 ans et plus représentent le groupe en bas du classement québécois, avec 53 % des répondants qui détenaient un téléphone intelligent, toujours en 2018.

Aussi, 97 % des Montérégiens de 18 à 34 ans en possèdent un, alors que le pourcentage est de 56 % pour les 55 ans et plus.

De manière générale, les ordinateurs ont connu une légère baisse de popularité en 2018. Excepté chez les 55 ans et plus, où on note une légère augmentation de deux points. En tout, ce sont 77 % des Montérégiens qui possèdent un ordinateur.

« Un peu plus de la moitié des adultes québécois (55 %) possédaient une tablette électronique en 2018. Ce taux a légèrement augmenté comparativement à 2017, alors que le taux d’adoption de la tablette électronique était de 53 % au Québec », peut-on également lire dans l’étude.