Véronique Hupin et Michael Marler du Vignoble Les Pervenches de Farnham

Et le Laurier ira à...

Dans l’univers de la gastronomie québécoise, les Lauriers sont un peu ce que les Oscars sont au cinéma. Être en lice pour le grand gala est un rare privilège que deux entreprises de la région s’apprêtent à vivre. Et les nommés sont... Vignoble Les Pervenches et Rusé comme un canard.

Aux Pervenches, Véronique Hupin a appris la nouvelle par l’entremise de La Voix de l’Est. Elle a du même coup compris pourquoi l’organisation du Gala des Lauriers insistait pour qu’elle et son conjoint Michael Marler soient présents au dévoilement des finalistes, mardi matin.

« On ne pouvait pas se déplacer... Mais c’est une belle nouvelle, surtout quand on sait que les nominations viennent de nos pairs. Ça veut dire que les gens comprennent notre travail et le respectent. C’est une belle tape dans le dos, alors qu’on entame notre 20e printemps », laisse entendre la vigneronne.

Situées à Farnham, Les Pervenches sont en lice dans la catégorie « Artisan de l’année », aux côtés de la Brasserie Auval de Val-d’Espoir, des Chocolats de Chloé de Montréal, du Domaine du Nival de Saint-Louis et de la charcuterie Fou du cochon de La Pocatière. « C’est un choix qu’on a fait de demeurer petit, en privilégiant la qualité de notre vin », précise Mme Hupin au sujet du terme artisan.

Biologiques et biodynamiques, les produits du couple sont à ce point populaires que, depuis deux ans, leur production est réservée avant même d’être embouteillée. « On devrait reprendre la commercialisation à la fin du mois de mai ou au début juin. »

Dans la catégorie « Producteur de l’année », la ferme granbyenne Rusé comme un canard est dans la course, tout comme la porcherie Gaspor de Saint-Jérôme, les produits forestiers Gaspésie Sauvage de Douglastown, du semencier La Société des plantes de Kamouraska et de la fromagerie Au Gré des champs de Saint-Jean-sur-Richelieu.

C’est le nom de la propriétaire de Rusé comme un canard, Fernande Ouellet, qui apparaît sur la liste des producteurs en nomination.

En 2010, la dame et son conjoint Francis Laroche avaient quitté Montréal pour se lancer dans la production artisanale de canards et d’oies « pour fines gueules ».

Il n’a pas été possible d’obtenir les réactions de Mme Ouellet.

Le ferme Rusé comme un canard produit des oies et des canards.

Célébration

Le deuxième Gala Les Lauriers se déroulera le 29 avril prochain à Montréal et mettra en lumière 95 finalistes dans 16 catégories. On décrit cette soirée comme « la célébration du talent en gastronomie, de la terre à la table ».

Les finalistes des Lauriers sont sélectionnés par 3000 professionnels de l’industrie québécoise. À ce vote s’ajoute celui d’un jury composé cette année du chef Stelio Perombelon, de l’apiculteur Anicet Desrochers, de la cheffe Colombe St-Pierre, des nutritionnistes Hélène Laurendeau et Julie Aubé, du producteur Jean-Martin Fortier, du pâtissier Patrice Demers et du mixologue Patrice Plante.

La remise des prix sera accompagnée d’un grand banquet gastronomique.