Les eaux usées du village et de l’Auberge West Brome seront traitées par un réacteur biologique à membranes.

Épuration des eaux usées: l’Auberge West Brome sera branchée

L’Auberge West Brome ainsi que le bâtiment voisin abritant des copropriétés seront reliés aux futures installations d’épuration des eaux usées du village de West Brome. Ces branchements permettront à l’entreprise de régler ses problèmes de rejet d’eaux usées dans l’environnement.

Le conseil municipal de Lac-Brome a octroyé lundi un contrat de 920 000 $ à Allaire et Gince pour installer un système de réacteur biologique à membranes pour desservir les 25 maisons du village de West Brome ainsi que le magasin Edwards en plus de l’Auberge West Brome et les copropriétés du domaine.

Il s’agit d’une petite usine composée de réservoirs de béton où des boues activées et des membranes épurent des eaux usées avant de les envoyer dans l’environnement.

La technologie retenue est celle de Ecochem International. Il s’agit d’un premier contrat municipal pour l’entreprise de Waterloo spécialisée dans des systèmes autonomes de filtration d’eau et de traitement des eaux usées. Leurs produits sont utilisés dans des centres commerciaux et des campings non desservis par des réseaux municipaux d’aqueduc ou d’égout. Le Racing Bar, sur la route 112 à Granby, en est équipé tout comme un petit centre commercial à Cantley en Outaouais.

Les futures installations incluront entre huit et neuf réservoirs en béton enfouis et un petit bâtiment renfermant les panneaux de contrôle et les équipements d’oxygénation des réservoirs, explique Renaud Houle, programmeur et électricien chez Ecochem.

Le processus est très similaire à celui d’une usine municipale d’épuration, dit-il. On y retrouve des étapes de décantation, de grillage pour capter les solides, de traitement bioréacteur avec bactéries et de traitement de sulfate d’aluminium pour neutraliser le phosphore.

La future usine traitera 31 mètres cubes d’eaux usées par jour en provenance du village et 29 m3/jour de l’Auberge et des copropriétés. Elle sera aménagée près du terrain de soccer le long de la rivière Yamaska Sud-Est. Elle occupera une superficie de 240 mètres carrés.

La Ville recevra une subvention de 350 000 $ pour ce projet dans le cadre du programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2014-2018 (TECQ), a indiqué Gilbert Arel, directeur général de la municipalité. Les travaux doivent toutefois être terminés avant la fin de l’année 2019, a-t-il dit.

À ce jour, la Ville a investi environ 25 000 $ dans le projet, notamment en demande d’autorisation, en préparation de devis et de relevés topographiques.

Négociations

Les autorités municipales discutent depuis plusieurs mois avec les représentants de l’Auberge West Brome sur le partage des coûts du projet. D’autres pourparlers sont prévus pour finaliser une entente, a dit M. Arel.

« On a des chiffres, mais on ne peut pas en parler à ce moment-ci. Il faut qu’on s’entende sur un protocole qui va inclure le montant qu’ils vont payer pour les travaux, les coûts de branchement et les coûts de fonctionnement de l’usine », a-t-il souligné mercredi en entrevue.

La tarification pour obtenir ce service annuellement, imposée par l’entremise d’une taxe de service, sera basée sur le volume d’eau traitée, a dit M. Arel.

Les propriétaires de l’Auberge West Brome et des copropriétés ont maille à partir avec le ministère de l’Environnement depuis quelques années en raison de leurs problèmes de rejets d’eaux usées. L’entreprise et les copropriétaires ont écopé d’une amende de 45 000 $ en 2018 pour ces raisons.

En avril, le ministre de l’Environnement, après avoir constaté d’autres manquements à la Loi sur la qualité de l’environnement, leur a signifié une ordonnance pour qu’ils prennent les moyens pour que cessent les rejets d’eaux usées dans l’environnement.

Le champ d’épuration qui dessert les maisons du village de West Brome est saturé. Il a été aménagé en 1985. La durée de vie moyenne d’un champ d’épuration est de 20 à 30 ans. La Ville travaille sur son remplacement depuis quelques années. Notons que les conduits sont encore en bon état et n’auront pas à être remplacés.