Si le nombre d’arbres touchés n’a pas été compilé par le service municipal, «beaucoup de secteurs périphériques de la Ville ont été touchés», reconnaît François Méthot-Borduas, directeur des travaux publics à la Ville de Granby.
Si le nombre d’arbres touchés n’a pas été compilé par le service municipal, «beaucoup de secteurs périphériques de la Ville ont été touchés», reconnaît François Méthot-Borduas, directeur des travaux publics à la Ville de Granby.

Épisodes de verglas: «Les arbres plus forts qu’on pense»

La trentaine de millimètres de verglas tombés la fin de semaine des 11 et 12 janvier derniers ont mis à mal plusieurs arbres, les bouleaux s’arc-boutant sous le poids de la glace. Au service des travaux publics de la Ville de Granby, une vingtaine d’employés ont été affectés au ramassage des branches et à l’entretien des arbres.

Si le nombre d’arbres touchés n’a pas été compilé par le service municipal, « beaucoup de secteurs périphériques de la Ville ont été touchés », reconnaît François Méthot-Borduas, directeur des travaux publics à la Ville de Granby.

Les boisés ont été particulièrement affectés. Cependant, le service des travaux publics s’assure avant tout, lors d’un tel événement, de dégager les axes principaux de circulation, notamment pour les véhicules d’urgence. Ensuite, ses employés interviennent dans les parcs si des branches jonchent les sentiers, par exemple.

Selon le directeur du Service, ce sont surtout les arbres à bois mou comme les bouleaux, entre autres, qui ont été affectés. Une entreprise spécialisée en élagage était venue prêter main-forte aux équipes de la Ville, pendant une journée. Rien d’exceptionnel, somme toute.

Quand on fait le bilan, le dégagement des chaussées a pris environ neuf jours, selon M. Méthot-Borduas, et « certaines branches restantes seront ramassées au printemps ; l’essentiel est terminé ».

Libérés de la glace, plusieurs arbres ont déjà repris des forces. « Avec les redoux des derniers jours, les arbres ont tendance à se redresser », dit-il.

Le fonctionnaire croit que la plupart des arbres retrouveront prochainement leur superbe. « Ils devraient reprendre leur position normale. Les arbres sont plus forts qu’on pense. »

Il souligne que son service s’assure régulièrement de la bonne santé des arbres faisant partie du domaine public.

Des essences variées et indigènes sont plantées chaque année afin de pouvoir lutter efficacement contre une éventuelle maladie, parmi lesquelles des chênes, érables rouges, érables à sucre, épinettes et pins blancs.

Prévention

Le mot-clé lors d’un événement de verglas est « prévention ». « Prévoir des précipitations de verglas est la chose la plus difficile à anticiper en terme d’intervention pour nos équipes », indique M. Méthot-Borduas.

Cependant, sur le réseau routier, qui reste la préoccupation première du service des travaux publics, l’épandage préventif réalisé en amont a donné de bons résultats. « C’est à retenir », constate le directeur du Service.

Aucune dépense spécifique à cet épisode climatique n’a été comptabilisée.