Le président du syndicat des pompiers du Québec, section locale Granby, Sylvain Piteau.

Entre la Ville et les pompiers de Granby: l'arbitrage débutera à l'automne

Les négociations entre les pompiers et la Ville de Granby sont rompues depuis plus de deux mois. La situation pourrait toutefois se régler au cours des prochains mois alors que le calendrier des rencontres d'arbitrage sera établi le 28 juillet. Le processus devrait se mettre en branle cet automne. De part et d'autre, il semble y avoir une ouverture à une possible reprise des pourparlers.
Rappelons qu'après plusieurs séances de négociation, le syndicat des pompiers et pompières du Québec, section locale Granby, a déposé une demande d'arbitrage, au printemps. Importante pierre d'achoppement: la clause portant sur le taux de présence aux feux que souhaite inclure la direction du Service des incendies dans la nouvelle convention collective.
«À l'époque, on a pris un emploi à temps partiel. Au fil des années, les exigences ont monté. Et là, on menace de nous congédier si on n'atteint pas un tel seuil (de présence). C'est sûr que les gars ne sont pas contents», fait valoir en entrevue Sylvain Piteau, président du syndicat des pompiers et pompières du Québec, section locale Granby. Selon lui, le syndicat a toujours été prêt à négocier un taux «raisonnable» de rappel aux feux.
«Si la Ville a décidé d'avoir des pompiers à temps partiel, elle va devoir vivre avec le principe d'avoir des pompiers à temps partiel. On a tous un deuxième emploi, on a des familles et il va falloir faire une conciliation travail/famille là-dedans», enchaîne-t-il.
Tous les détails dans notre édition de mercredi